Ruines Nouv. Ajouter au panier

Ruines

  • Grand format 55.00 €

Signature de Christopher Anderson sur Instagram Mardi 13 octobre de 13h à 13h45

Notre librairie est peut-être fermée pour travaux, mais notre enthousiasme pour le livre photo est plus que jamais ouvert !

La librairie du Jeu de Paume a le plaisir de recevoir pour une signature unique en son genre, le photographe Christopher Anderson ! Le 13 octobre de 13 h à 13 h 45, le photographe signera à portes closes son dernier ouvrage, Pia, sous les caméras du Jeu de Paume ! Vous pourrez suivre l’évènement en live sur le compte Instagram du Jeu de Paume.

Pour obtenir un exemplaire dédicacé, vous devez acheter l’ouvrage au préalable sur notre site ici : PIA, CHRISTOPHER ANDERSON et indiquer le nom que vous voulez voir figurer dans la dédicace dans la fenêtre « laisser un message à la librairie ». Les livres seront ensuite signés en direct par Christopher Anderson et envoyés par nos soins le jour suivant. Vous pouvez également choisir le retrait en magasin, en tenant compte que le retrait ne se fait que sur rendez-vous, du lundi au vendredi de 9 h à 17 h.

En espérant vous voir (virtuellement) nombreux à cet évènement,

L'équipe de la librairie du Jeu de Paume

à suivre sur le site du Jeu de Paume / à suivre sur le magazine en ligne du Jeu de Paume

Pendant sa fermeture, le Jeu de Paume Paris remet l’image en jeu et propose des rendez-vous mensuels sur le web : image et sport, image et ville, image et littérature, image et cuisine, image et mode, image et musique et enfin image et nature. De septembre à mars, à travers l’oeil du Jeu de Paume, découvrez d’autres manières d’appréhender l’image photographique et vidéo en suivant nos rendez-vous thématiques. Quelle est l’image du sport dans la photographie ? Comment est représentée la ville dans l’art contemporain ? Quels sont les liens entre image et littérature ?

Au programme chaque semaine, des images commentées par nos équipes, des articles de fonds sur notre magazine, des recommandations lecture et ciné, des cartes blanches et bien d’autres contenus inédits conçus spécialement pour « Coup d’oeil ». Pendant que le Jeu de Paume Paris se refait une beauté, ce projet a été conçu pour continuer notre mission essentielle : faire vivre les images.

Entrez dans le jeu, abonnez-vous à notre newsletter mensuelle pour suivre toutes les actus « Coup d’oeil ». Ça se passe tous les jours sur les réseaux sociaux, sur nos comptes Instagram, Facebook et Twitter. Pour l’occasion, nous nous lançons également sur Pinterest et proposerons des tableaux d’inspiration chaque mois.


Lumières sur ... Datazone, de Philippe Chancel

Au premier regard, la couverture pourrait montrer une accueillante prairie… qui révèle quelques secondes plus tard toute sa cruauté.
En introduction, des photos de la nécropole de Méroé la nuit.
Le temps, l’histoire… l’image…
Ce qui intéresse Philippe Chancel, c’est archiver le présent.
Artiste-photographe dans la lignée des plus grands noms de la photographie documentaire,
Philippe Chancel a capturé, pendant une quinzaine d’années, le réel de notre monde aussi terrifiant qu’il puisse l’être.
Le résultat c’est Datazone, un vaste projet photographique : Le delta du Niger, le Kazakhstan, la Corée du Nord, la France, le Japon, quatorze lieux au total qui font l’actualité de façon récurrente ou sont, au contraire, ignorés des radars médiatiques.
Dans chacune de ces étapes, le photographe adopte une distance critique qui lui permet de rendre compte d’un certain état du monde, à l’heure, pour reprendre le mot de Louis Marin, des « utopies dégénérées ».
Toujours avec cette écriture photographique d’une grande douceur, où chaque centimètre d’image est pleinement réfléchi.
En postface, c’est la Chine contemporaine qui est représentée, dans le brouillard… une nuit blanche ?
Chaque reportage, ou « prélèvement du réel » comme le formule Philippe Chancel est contextualisé par une brève chronique de l’auteur.
Une « Lettre d’Asile » imaginée par Michel Poivert vient enrichir les étapes du périple qui articule Datazone.
Des textes épistolaires, librement inspirés des Lettres Persanes, décrivent la grandeur esthétique du monde en péril et célèbrent une beauté malade.

Pascal Priest, Responsable librairie, Jeu de Paume, Paris
 

empty