Luigi Ghirri Bibliographie 

  • Réédition reliée. Cette monographie de Luigi Ghirri couvre l'ensemble de son oeuvre. À travers une sélection de photographies de ses différentes séries, elle met en lumière l'extrême variété des sujets abordés. Quelques essais de l'artiste ainsi qu'une préface de William Eggleston viennent compléter ce très beau livre consacré à un photographe et écrivain de grand talent.

  • Kodachrome

    Luigi Ghirri

    Réédition en facsimilé du tout premier livre de Luigi Ghirri publié en 1978, Kodachrome. Le photographe italien y offre un portrait de son univers personnel qu'il approche avec un dosage particulier de tendresse et de rigueur, constituant ainsi une sorte d'autobiographie en images.

  • Luigi ghirri

    Collectif

    • Silvana
    • 10 October 2016
  • Antonioni

    Collectif

    Une rétrospective de l'oeuvre de M. Antonioni qui présente son travail dans ses aspects les plus divers : cinématographie, photographie, peinture, littérature. L'exposition explore également les liens entre l'univers du réalisateur et certaines toiles de M. Rothko, G. De Chirico, G. Morandi, A. Burri, etc

  • Ce recueil de textes et d'images de 16 auteurs et artistes est issu d'un cycle de débat autour du paysage comme variation artistique qui s'est tenu à la Maréchalerie, centre d'art contemporain de l'École nationale supérieure d'architecture de Versailles. Il s'est construit afin de s'interroger sur le paysage en tant que préoccupation contemporaine des architectes, des théoriciens, des artistes, autant que des usagers du territoire.
    On a coutume de faire du paysage une vue d'ensemble qu'offre la nature d'une étendue géographique. Dans sa Philosophie du paysage, Simmel pose une question simple : le paysage est-il une somme d'éléments disparates, ou une unité qui possède une atmosphère ou un état d'âme, autrement dit la nature est-elle un tout unifié ou non ? En fait, la nature peut-elle être pensée hors de ce que l'homme pense d'elle ? Et lorsque l'homme, en définissant le paysage, définit la nature, évacue-t-il pour autant la question de savoir si elle a des normes propres et indépendantes ?

  • Cartes

    Phaidon

    • Phaidon
    • 13 November 2015

    Choisies par un comité international de vendeurs, cartographes, universitaires et collectionneurs du monde entier, ces cartes couvrent plus de 5?000 ans d'innovation cartographique reflétant la variété des cultures et des traditions.

    Très complet, cet ouvrage présente tous les types de cartes - cartes de navigation, relevés ou cartes astronomiques, cartes par satellite et cartes numériques - ainsi que des oeuvres d'art inspirées par la cartographie.

    Les cartes sont présentées par juxtapositions, les deux cartes se faisant face invitant à une lecture vivante et étonnante.

    Inclut le travail de cartographes et institutions exerçant une grande influence, tels Gérard Mercator, Abraham Ortelius, Phyllis Pearson, Heinrich Berann, Bill Rankin, Ordnance Survey et Google Earth.

    D'un format pratique, avec de grandes reproductions, des textes qui font autorité et des légendes détaillées, l'ouvrage constitue une introduction parfaite à la cartographie.

    Il comporte également une chronologie détaillée de l'histoire de la cartographie, des biographies des cartographes de premier plan ainsi qu'un glossaire des termes de cartographie.

    Il s'adresse aux spécialistes, aux graphistes et aux historiens de l'art, mais également à un lectorat bien plus vaste.

  • Umberto Eco avec bonheur et humour, Marc AUGÉ avec sa générosité et son sens de l'observation, Georges Didi-Huberman avec sa créativité et sa liberté, nous offrent ici leurs expériences des images.
    C'est bien une pensée sur les images en société qu'ils nous racontent, chacun selon son parcours, chacun selon ses sciences humaines et sociales. La sémiologie et la langue imparfaite des images pour Umberto Eco. L'anthropologie et ses multiples rivages pour Marc Augé. L'histoire et la philosophie pour dire la condition humaine qui se dessine sous les usages que nous faisons des images pour Georges Didi-Huberman.
    Les entretiens de MédiaMorphoses accueillent la parole et l'expérience d'auteurs singuliers. Pour penser les médias et les problématiques inhérentes à leurs circulations dans les champs pluriels de nos cultures : leurs formations, leurs déformations, leurs traductions. Pour entendre des auteurs dans les registres créatifs de leurs recherches et ne jamais perdre de vue les horizons du politique. Pour confronter les méthodes et les terrains des sciences humaines et sociales aux fabriques du contemporain : ses pages, ses langages, ses images.
    Pour soustraire les écrans de l'information et de la communication à leurs étourdissantes simultanéités.

  • Après La Traversée du Luxembourg, Un ethnologue dans le métro et Domaines et châteaux, Marc Augé poursuit son anthropologie du quotidien en explorant les non-lieux, ces espaces d'anonymat qui accueillent chaque jour des individus plus nombreux. Les non-lieux, ce sont aussi bien les installations nécessaires à la circulation accélérée des personnes et des biens (voies rapides, échangeurs, gares, aéroports) que les moyens de transport eux-mêmes (voitures, trains ou avions). Mais également les grandes chaînes hôtelières aux chambres interchangeables, ou encore, différemment, les camps de transit prolongé où sont parqués les réfugiés de la planète. Le non-lieu est donc tout le contraire d'une demeure, d'une résidence, d'un lieu au sens commun du terme. Dans ce livre, Marc Augé ouvre de nouvelles perspectives en proposant une anthropologie de la surmodernité qui nous introduit à ce qui pourrait être une ethnologie de la solitude.

  • De disneyland au mont-saint-michel, de center parc aux châteaux de bavière, de paris à new york, la ronde du tourisme n'en finit pas de tourner.
    L'oeil rivé sur la caméra, les touristes transforment en images un monde lui-même envahi par les images.
    Ce qui met en mouvement ces touristes, pourtant, c'est peut-être la nostalgie du voyage de " découverte " que nous ne ferons jamais plus et qui aurait pu nous ouvrir l'espace de la rencontre et des autres, un voyage qui a tourné court et menace aujourd'hui de s'achever dans le stéréotype généralisé de la fiction urbaine.

  • Notre vie quotidienne se nourrit de mythes : le catch, le striptease, l'auto, la publicité, le tourisme... qui bientôt nous débordent. Isolés de l'actualité qui les fait naître, ils apparaissent soudainement pour ce qu'ils sont : l'idéologie de la culture de masse moderne. Le mythologue Roland Barthes les décrypte ici avec le souci - formulé dans l'essai sur le mythe aujourd'hui qui clôt l'ouvrage - de réconcilier le réel et les hommes, la description et l'explication, l'objet et le savoir.
    " Nous voguons sans cesse entre l'objet et sa démystification, impuissants à rendre sa totalité : car si nous pénétrons l'objet, nous le libérons mais nous le détruisons ; et si nous lui laissons son poids, nous le respectons, mais nous le restituons encore mystifié. " Roland Barthes

    Ajouter au panier
    En stock
  • Jean Baudrillard Mots de passe En analysant, depuis plus de trente ans, les liens qu'entretiennent les grands mouvements de société et l'obsession contemporaine de la production, Jean Baudrillard s'est placé au coeur de la problématique d'une génération rebelle aux repères imposés par la toute-puissance du marché. A la « virtualisation » de notre monde, à l'univocité du « commerce » des signes, aux vertus illusoires de la transparence et aux mystifications de la valeur marchande, il oppose la prodigalité de l'échange symbolique, le défi de la séduction, le jeu infini de l'aléatoire, la réversibilité du destin.
    Opérateurs de charme d'une pensée qui se revendique provocatrice et paradoxale, douze mots de passe - de l'« Echange symbolique » à la « Valeur », de l'« Obscène » à la « Transparence du mal », du « Crime parfait » au « Virtuel » - cristallisent ici les idées clefs de ses ouvrages, selon le principe esthétique et pédagogique d'un abécédaire.

    Jean Baudrillard appartient à ces penseurs qui s'expriment en marge des systèmes et de la tonitruance médiatique. Il a publié une vingtaine d'essais dont, entre autres, Le Système des objets, De la séduction, La Transparence du mal, L'Echange impossible.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Les essais regroupés ici fournissent un aperçu non seulement sur les livres que possédait Walter Benjamin, mais aussi sur le type même du collectionneur.
    Les curiosités qu'il déballe sous nos yeux - livres pour enfants, abécédaires, rébus, témoignages rédigés par des malades mentaux - attestent toutes un refus de dissocier le texte de l'iconographie, ou plus généralement de la matérialité du livre.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Organisé en sept moments chronologiques, ce livre retrace une histoire de la couleur en photographie depuis l'invention du médium en 1839 jusqu'à la fin du XXe siècle, restituant les étapes de sa reconnaissance culturelle.
    Jusqu'à la fin des années 1970, la couleur en photographie est volontiers considérée comme (

  • Fictions

    Jorge Luis Borges

    «Des nombreux problèmes qui exercèrent la téméraire perspicacité de Lönnrot, aucun ne fut aussi étrange - aussi rigoureusement étrange, dirons-nous - que la série périodique de meurtres qui culminèrent dans la propriété de Triste-Le-Roy, parmi l'interminable odeur des eucalyptus. Il est vrai qu'Eric Lönnrot ne réussit pas à empêcher le dernier crime, mais il est indiscutable qu'il l'avait prévu...».

  • Sur le Kitsch est le texte d'une conférence que Broch prononça aux États-Unis en 1950.
    Insidieusement, ce bref essai met en jeu de profondes questions. C'est que le kitsch, esthétique qui touche aussi bien la littérature ou la musique que l'architecture et privilégie l'effet «tape-à-l'oeil», est essentiellement lié à des bouleversements sociaux. Son triomphe correspond à l'apparition d'un nouveau spectateur des oeuvres d'art. Avec malice, finesse et une immense érudition, Broch va débusquer le kitsch là où on ne s'attendrait pas à le trouver et, a contrario, donne cette définition de l'oeuvre d'art authentique : «Elle éblouit l'homme jusqu'à le rendre aveugle et elle lui donne la vue.»

    Ajouter au panier
    En stock
  • De la magie

    Giordano Bruno

    Quatre cents ans après sa mort paraît pour la première fois en France cet opuscule qui résume son itinéraire intellectuel : métaphysique, cosmologie et gnoséologie se mêlent aux savoirs ésotériques de son temps. La magie est ici considérée non pas comme un moyen d'opérer des prodiges, mais plutôt comme un e ort pour pénétrer l'ordre et le fonctionnement secrets de l'univers :
    Ponctué d'images frappantes, abondant en anecdotes diverses, ce texte se livre aussi à une satire de la doctrine et des jugements de l'Église et de toutes les autorités usurpées.

  • Les couleurs ne sont pas la réalité des corps, elles ne sont pas la vie, ni exactement une loi de la Nature ; elles sont le reflet d'une abstraction de la Nature, l'artifice dans le naturel, c'est-à-dire des figures...
    En fait, le domaine de la couleur recouvre une aire partagée entre l'art et la science, entre le physique et la psychologie, un terrain qui mesure les limites des deux cultures, pour brouiller la clarté de leurs idées, un terrain d'approche facile mais que n'atteignent jamais les méthodes analytiques et expérimentales.

  • Leçons américaines

    Italo Calvino

    Ces « Six propositions pour le prochain millénaire » qui sont au nombre de cinq (car la dernière n'a pas été achevée) constituent une formidable leçon de littérature, qu'Italo Calvino devait tenir à l'université de Harvard peu avant sa disparition. Elles sont donc son héritage intellectuel et artistique, celui d'un écrivain majeur qui porte un regard à la fois technique, érudit et joyeusement ludique sur son art. Et cet art, selon lui, repose sur cinq piliers : légèreté, rapidité, exactitude, visibilité et multiplicité.

  • À travers cinq récits autobiographiques, Italo Calvino s'interroge sur le fonctionnement mystérieux des souvenirs. Un lieu, une sensation suffisent parfois à les réveiller. Au fil des pages, l'auteur se remémore les moments passés avec son père ; l'évasion tant convoitée que lui offrait le cinéma de sa jeunesse ; une bataille nocturne sous la Résistance ; ou encore, le rituel social entourant la corvée des ordures ménagères. Une investigation poétique sur la forme du monde conclut cette anthologie.

empty