Topologie de la violence

Topologie de la violence

Traduction CHRISTOPHE LUCCHESE  - Langue d'origine : ALLEMAND

Résumé

Byung-Chul Han poursuit dans ce livre capital son analyse alarmante d'une société sur le point de s'effondrer, débutée dans La Société de la fatigue. Se concentrant sur la relation entre violence et individualité, il montre que malgré la thèse répandue selon laquelle la violence aurait été éradiquée de nos sociétés modernes, elle a seulement changé de forme pour opérer plus subtilement. Les formes martiales et anciennes de la violence, émanations de la négativité, visibles et assumées, ont laissé la place à une violence plus anonyme, désubjectivisée, systémique, qui ne se déclare pas en tant que telle car elle est devenue invisible et se confond avec la société elle-même. S'appuyant sur Freud, Benjamin, Schmitt, Sennett, Girard, Agamben, Deleuze, Foucault, Bourdieu ou encore Heidegger, Han étudie les formes classiques de la violence issues de la négativité - la violence archaïque du sacrifice et du sang, la violence virale du terrorisme, la violence verbale des paroles blessantes - avant d'analyser la violence nouvelle, issue de la positivité, et qui se manifeste par le sur-accomplissement, la sur-production, l'hyper-communication, ou l'hyper-activité - et qui n'est pas moins dangereuse pour l'individu qui souhaite être libre.

Customer reviews

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9791096562138
  • Disponibilité Indisponible
  • Nombre de pages 180 Pages
  • Longueur 21 cm
  • Largeur 12 cm

Série : Non précisée

Rayon(s) : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

Byung-Chul Han

Byung-Chul Han est né à Séoul. Après des études de philosophie à Fribourg-en-Brisgau, il a enseigné à l'Université de Bâle, à Karlsruhe et depuis trois ans à l'Ecole des Beaux Arts de Berlin. Parmi les très nombreux ouvrages qu'il a publié :ÿL'Hyperculture, Culture et globalisation, La Société de transparence, L'Eros.

empty