Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 08/09/2024

L'artifice humain ; pour une anthropologie négative

À propos

Günter Anders était, comme il devait le rappeler lui-même, un penseur chassé de toutes les frontières et c´est à partir de cette condition que nous pouvons comprendre une vie intellectuelle inquiète qui a traversé les événements, souvent dramatiques, d´une grande partie du siècle dernier. De cette situation, Anders réussit à produire une réflexion intellectuelle très riche, fondée sur une base théorique d´une grande importance, à partir aussi d´une formation philosophique qui a vu une comparaison variée avec la phénoménologie, l´anthropologie philosophique (dont il peut être considéré comme l´un des premiers et des plus radicaux représentants), l´existentialisme, l´éthique technologique. Ce recueil de textes, notamment de jeunesse, veut permettre d´approcher la figure d´un penseur qui offre encore aujourd´hui des pistes importantes pour pouvoir réfléchir de manière critique sur la dynamique de la civilisation technologique et sur les enjeux environnementaux de plus en plus urgents.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie contemporaine


  • Auteur(s)

    Günther Anders

  • Éditeur

    Eterotopia

  • Distributeur

    Pollen

  • Date de parution

    07/10/2020

  • Collection

    Rhizome

  • EAN

    9791093250403

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    80 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    15 cm

  • Épaisseur

    0.5 cm

  • Poids

    135 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Günther Anders

  • Naissance : 1-1-1902
  • Décès :1-1-1992 (Mort il y a 32 ans à l'âge de 90 ans)
  • Pays : Allemagne

Günther Anders, de son vrai nom Günther Stern, est né en 1902. Il fut l'élève de Husserl, Heidegger, et le premier époux d'Hannah Arendt. À partir de 1930, il abandonne la philosophie pure pour se consacrer à la lutte contre le nazisme.
Réfugié à Paris en 1933, il est alors proche de Walter Benjamin et Stefan Zweig. Il émigre ensuite aux États-Unis, où il participe avec Adorno, Horkheimer et Marcuse aux travaux de l'Institut de Recherches Sociales, connu sous le nom de l'« École de Francfort ».

empty