"l'être de l'étant" de la tatane de Van Gogh

À propos

Retour sur la fameuse querelle Heidegger, Meyer Schapiro et Derrida, autour des " Souliers " de Van Gogh. Le tout revisité sur le mode d'un décapant petit théâtre. " Les Souliers " ou " Bottines noires " de Van Gogh (1886) ont donné lieu à des interprétations en cascade. Martin Heidegger (1935), Meyer Schapiro (1968), Jacques Derrida (1977) se commentent, s'autocommentent et se renvoient le soulier. Sans compter les innombrables reprises et commentaires du commentaire des épigones. La relecture de ces textes a provoqué en moi un doute certain et un irrésistible fou rire. Que se passe-t-il quand la philosophie se penche sur la peinture ? Et sur une toile comme celle de Van Gogh ? Quelle relation y a-t-il entre un acte de peinture et le discours des historiens d'art et des philosophes ? Plus prosaïquement, un philosophe peut-il avoir des pieds (et des chaussures), lui dont l'existence pourrait se résumer à celle d'un homme tronc, ou au socle d'un beau " port de tête " ? Quels sont donc ces pieds et ces souliers qu'arborent nos philosophes ? On tentera une analyse sociologique et critique du soulier, du godillot, de la chaussure, de la " tatane "... Celle de Van Gogh, bien sûr, mais celle aussi de nos brillants philosophes et historiens... de l'art.

Sommaire

PROLOGUE : Une Paire de Bottines.

ACTE 1.
Scène 1. - Heidegger et « L'origine de l'oeuvre d'art » (1935).
Scène 2. - Meyer Schapiro, « L'objet personnel, sujet de nature morte.
À propos d'une notation de Heidegger sur Van Gogh » (1968).
Scène 3. - Jacques Derrida : « RESTITUTIONS de la vérité en pointure » (1977).
Qui de Derrida ou de Van Gogh est le meilleur cordonnier ?
Scène 4. - Jacques DERRIDA. PROJECTION. CONTRE-PROJECTION. RÉTRO-PROJECTION.
Scène 5. - « RESTITUTION(S) ».
Scène 6. - TOUT DIRE ET TROP DIRE.
Scène 7. - Fantôme/Pantôme : UNE PLEINE ARMÉE DE FANTÔMES.
Scène 8. - DE LA PEINTURE AU TABLEAU : LES MÉANDRES DE LA GLOSE ET LE COUP DIT DU « PASSE-PARTOUT ».

ACTE 2.
Scène 1. - LA SOCQUE, LE SABOT, LA TATANE ET LE BOTTILLON.
Scène 2. - DE QUELLE NATURE DONC LES PIEDS DES PHILOSOPHES.
Scène 3. - PORTRAITS EN PIEDS.
Scène 4. - La vérité « en peinture » ou « en pointure ». Quelle vulgarité !
Scène 5. - LE DROIT, LE GAUCHE, LA « PAIRE », L'IMPAIR, LE FANTÔME.
ET SON DOUBLE : Un défilé de chausses anachroniques.
Scène 6. - « LA PHILOSOPHIE DES VIEILLES HARDES ».

ÉPILOGUE. - « ECCE HOMO » : Une Vielle Relique.
Bibliographie.

Categories : Arts et spectacles > Généralités sur l'art > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'art

  • Authors

    Florence de Mèredieu

  • Publisher

    Blusson

  • Publication date

    05/04/2011

  • EAN

    9782907784252

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    80 Pages

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    16 cm

  • Épaisseur

    0.5 cm

  • Poids

    160 g

  • Distributeur

    Blusson

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Florence de Mèredieu

Écrivain, universitaire et historienne d'art, Florence de Mèredieu est spécialiste de l'art moderne (Histoire matérielle et immatérielle de l'art moderne et contemporain, nouvelle édition augmentée, 2017.) Auteur d'ouvrages sur Picasso, Duchamp, Van Gogh, André Masson et de 9 ouvrages sur Antonin Artaud (Antonin Artaud, Portraits et gris-gris, 1984 ; édition enrichie, 2019 ; C'était Antonin Artaud, biographie, 2006, etc.), elle est connue pour son approche pluridisciplinaire, à l'intersection des arts et des sciences humaines.

empty