Librairie Generale Francaise

  • Après les monothéismes (Traité d'athéologie), Michel Onfray s'attaque à la psychanalyse en instruisant le procès de son fondateur. Il compare Freud à un chamane, car selon lui le freudisme et la psychanalyse reposent sur une série de croyances, qui leur confèrent un faux aspect rationaliste et objectif.

  • Grandir, vieillir, mais aussi l'indifférence qui se creuse entre les amants, ou encore les Révolutions se renversant en privilèges : autant de modifications qui se produsent devant nous, mais si continûment qu'on ne les perçoit pas. Or, si cette transformation nous échappe, c'est sans doute que l'outil de la philosophie grecque échoue à capter cet indéterminable de la transition. De là, l'intérêt à passer par la pensée chinoise : ces transformations silencieuses rendent compte de la fluidité de la vie et éclairent les maturations de l'Histoire tout autant que de la Nature. Une mise en regard de la pensée chinoise et de la pensée européenne, par un philosophe et sinologue français, directeur de l'Institut de la pensée contemporaine.

  • À l'amour et au « Je t'aime » - qui réduit l'autre à n'être qu'un objet et fait de la passion un événement qui s'usera -, François Jullien entend substituer, dans ce livre, l'intime. Qu'est-ce à dire? Que l'intime, précisément, abolit la frontière entre l'autre et soi. Qu'il fait basculer un dehors indifférent dans un dedans partagé. Qu'il vit des « riens » du quotidien, en y découvrant les vertus de l'être auprès. Telle est sa façon - via saint Augustin, Rousseau et Stendhal - de se débarrasser de l'éternel du « coeur » humain. Comment l'Europe s'y est-elle prise pour transporter cet intime de Dieu à l'humain ? Et peut-on - doit-on - fonder une morale sur ce sol ?

    Ajouter au panier
    En stock
  • "A sa mort, en 1919, l'énigmatique Victor Segalen n'avait publié que trois ouvrages - Les Immémoriaux, Stèleset Peintures -, lesquels annonçaient déjà la puissance d'une oeuvre qui, paradoxalement, restait à venir. Car Segalen avait beaucoup écrit pendant sa brève existence de quarante années et cet Essai sur l'exotisme fait partie d'un ensemble posthume désormais accessible. Très tôt, en effet, Segalen avait formé le projet de réévaluer la notion d'exotisme. De lui redonner une authenticité, une plénitude, qui lui avaient été confisquées par la mode littéraire issue de Bernardin de Saint-Pierre. Pour lui, l'exotisme, c'est d'abord une catégorie de la sensibilité qui permet de " percevoir le divers ". Et l'exotisme, c'est l'art, subtil, d'accéder à l'autre. Or, au début de ce siècle, à l'heure de l'universalisme colonial, rien n'est moins " politiquement correct " que de tels propos. Aujourd'hui, ce texte a conservé toute sa force et son audace. Servi par une prose incroyablement fraîche, il reste, comme le souhaitait son auteur, un irremplaçable " bréviaire de la différence " qui vaut plus, et mieux, que bien des traités d'ethnologie."

  • Regard neuf sur un monde neuf.

  • "Du beau, on n'a cessé, au fil des siècles, de faire varier les définitions. Mais s'est-on jamais interrogé sur ce préalable, déposé dans la langue, celui de pouvoir dire simplement le "beau" ? A-t-on jamais sondé, en effet, sur quel socle enfoui le "beau" est juché ? Lui, la grande cheville ouvrière de notre métaphysique : nous apprenant à quitter la diversité du sensible pour l'unitaire de l'"idée". Seule issue restante, dès lors, depuis que les dieux sont morts, pour nous forger un salut. Or la pensée chinoise n'a pas isolé - abstrait - le "beau". En faisant travailler cet écart, je souhaite dégager d'autres possibles ne se rangeant pas sous la monopolisation du beau ; par suite, explorer d'autres fécondités que l'art contemporain, en guerre ouvert avec le beau, peut rencontrer. De quoi du moins sortir le beau des lieux communs qui l'épuisent : pour le rendre à son étrangeté." François Jullien.

  • De la psychologie pure à la métaphysique, une conversion profonde a changé le sens du mot rêve chez les penseurs romantiques. élevés dans la double tradition, cartésienne et irrationaliste du xviiie siècle finissant, ils trouvèrent bientôt insuffisante la description de l'être humain que leurs aînés avaient établie, le schéma des forces et des facultés, dont le fonctionnement était censé obéir aux lois d'une stricte mécanique de l'esprit. [...] c'est là qu'intervient cette notion de l'inconscient à laquelle les philosophes de la nature surent donner une si féconde ampleur.
    Albert béguin.

    Avec l'âme romantique et le rêve, albert béguin a offert la plus belle, mais aussi la plus riche étude jamais consacrée au romantisme allemand. a la fois introduction aux uvres, présentation des auteurs et analyse subtile des pensées, elle dessine une voie royale pour qui veut pénétrer l'univers culturel et mental de ce mouvement littéraire, le plus important du xixe siècle. lichtenberg, moritz, herder, troxler, von schubert, carus, jean-paul, novalis, tieck, achim d'arnim, brentano, hoffmann, kleist, etc. la galaxie romantique dans tous ses états. sans oublier, dans ses proches parages, la poésie française de nerval au surréalisme, en passant par hugo, baudelaire, rimbaud et mallarmé.

empty