Dictionnaires / Encyclopédies / Documentation

  • C'est trop peu de dire que nous vivons dans un monde de symboles, un monde de symboles vit en nous. De la psychanalyse à l'anthropologie, de la critique d'art à la publicité et à la propagande idéologique ou politique, sciences, arts et techniques essaient de plus en plus aujourd'hui de décrypter ce langage des symboles, tant pour élargir le champ de la connaissance et approfondir la communication que pour apprivoiser une énergie d'un genre particulier, sous-jacente à nos actes, à nos réflexes, à nos attirances et répulsions, dont nous commençons à peine à deviner la formidable puissance. Des années de réflexions et d'études comparatives sur un corpus d'informations rassemblées par une équipe de chercheurs, à travers des aires culturelles recouvrant la durée de l'histoire et l'étendue du peuplement humain, les auteurs ont tenté de donner à voir le cours profond du langage symbolique, tel qu'il se ramifie dans les strates cachées de notre mémoire. Chacun sentira bien l'importance de ce Dictionnaire. Plus de mille six cents articles, reliés par des comparaisons et des renvois, souvent restructurés à la suite d'une longue maturation, permettent de mieux approcher la nudité du symbole, que la raison dans sa seule mouvance ne parviendrait pas à saisir. Cette somme unique ouvre les portes de l'imaginaire, invite le lecteur à méditer sur les symboles, comme Bachelard invitait à rêver sur les rêves, afin d'y découvrir la saveur et le sens d'une réalité vivante.

  • L'inde lance un défi au regard comme à la raison : tant de peuples, tant de langues, de coutumes, de croyances, d'activités.
    Tant de passé dans tant de présent. on pourrait croire qu'un tel pays n'existe pas. et pourtant la démocratie indienne fonctionne, et tous ces peuples n'en font qu'un. par quel prodige ? ce dictionnaire - où l'amour voudrait ne pas être aveugle - tente de répondre à cette question, par un zigzag constant, et très indien, entre les lieux, les dieux, les hommes et le hasard. nous changeons sans arrêt de sujet, nous passons du concept à l'anecdote, guidés par un ciment invisible, mais tout-puissant, qui est le grand récit épique appelé le mahabharata.
    L'inde, une illusion qui ne trouve sa réalité que dans un poème. le défi suprême, ici accompli.

  • Un dictionnaire unique au monde, à lire comme un roman.
    Plus de dix siècles de voyage dans la langue des idées, des cultures et des sociétés.
    L'histoire détaillée de 60 000 mots.
    Pour chaque mot : son étymologie, son entrée repérée et datée dans la langue, ses évolutions de forme, de sens et d'usage au cours des siècles.
    Des schémas pour retrouver la généalogie des mots, souvent inattendue.
    Des articles de synthèse qui apportent un éclairage sur le français et toutes les langues qui l'ont influencé.
    Un regard sur les périodes clés des évolutions de la langue de la Renaissance à l'ère du numérique et jusqu'à l'actualité du XXIe siècle sous l'angle du français parlé sur les cinq continents.

    /> Nouvelle édition augmentée.

  • A la fin du moyen age, d'étranges voyageurs arrivent en europe, faisant à rebours l'itinéraire des croisades.
    D'oú viennent-ils ? qui sont-ils ? ils ne le savent pas eux-mêmes. on les appelle "bohémiens" ou "egyptiens". d'emblée, le mystère de leurs origines fascine. commence alors un temps de splendeur. du xvie au xviiie siècle, en occident et en orient, les tsiganes sont serviteurs de la grande noblesse, maîtres dans l'art militaire comme dans l'art divinatoire, experts en chevaux et musiciens de cour. au xixe siècle, le vent tourne.
    Le mystère laisse place au soupçon, la fascination à la défiance : le déclin matériel, la crainte populaire et le harcèlement des gendarmes, bientôt relayés par une législation d'exclusion, en font des "romanichels". henriette asséo fait revivre la force d'une culture autre, prodigieusement riche, en plein coeur de l'europe.

  • Yves Klein avait l'intention de publier un recueil de ses textes qui aurait eu pour titre l'Aventure monochrome. Ce choix résume à merveille son parcours, foisonnant comme un roman picaresque. Il souhaite d'abord devenir judoka, séjourne en Angleterre et en Espagne, puis réalise son rêve : étudier le judo au Japon. Lorsqu'il rentre à Paris en 1954, ceinture noire 4e dan, la Fédération française de judo refuse d'homologuer ses grades japonais. Yves Klein se tourne alors vers l'art. Devenu Yves le Monochrome, il adopte le bleu auquel il donne son nom - l'IKB, International Klein Blue-, projette l'art dans l'invisible, transforme ses modèles en " pinceaux vivants ". De l'immatérialisation du bleu aux Anthropométries, des Reliefs éponge aux Peintures de feu, des Zones de sensibilité picturale au Saut dans le vide, Denys Riout nous invite à découvrir l'un des artistes les plus novateurs de son temps, dont les audaces, constamment renouvelées au cours de huit années de création seulement, ne cessent de stupéfier. Et d'enchanter.

  • Photographies de plateau et photogrammes suivant un parcours cinématographique.
    Visages d'actrices, scénarios manuscrits, scènes de tournage... en tout quelque 150 documents qui tissent des échos visuels et thématiques d'un film à l'autre, des ponts entre le cinéma et la vie.

  • Qui ne connaît La Fontaine? Ses Fables bien sûr, apprises dès l'école, mais aussi ses Contes, charmants et licencieux, ou ce Songe dédié au château de Vaux que bâtissait le brillant Fouquet, alors vaste chantier que le poète défricha et rêva. On se promène en son oeuvre comme en un jardin, où le beau et le vrai, le plaisant à l'utile mêlé guident les pas de l'"honnête homme" la recherche d'une morale qui aspire au plaisir, d'un plaisir qui ne saurait être sans morale, La Fontaine, nouvel Orphée, métamorphose les apologues ésopiques, les versifie, les diversifie, leur insuffle la vie. Le mystère des Fable et de toute l'oeuvre, tient en ceci: unique et pourtant contradictoire, raisonnable toujours, elle a l'exubérance de la vie même. Patrick Dandrey nous convie à goûter les charmes d'un poète multiple, dont la lyre, pour avoir rendu ses derniers sons il y a trois cents ans n'en continue pas moins de résonner.

  • Un dictionnaire pédagogique, recommandé par les enseignants et conforme aux programmes de l'école, pour :
    - maîtriser la langue et enrichir son vocabulaire :
    30 500 mots et sens.
    - des exemples clairs et vivants.
    - les synonymes et les contraires, les homonymes, les familles de mots.
    - des remarques sur l'orthographe, la grammaire, l'origine des mots...
    - la nouvelle orthographe.
    + un dossier Langue française : grammaire, conjugaisons, orthographe, petit dictionnaire d'étymologie.
    - voir et comprendre le monde :
    1 500 noms propres.
    - une frise historique illustrée, de la préhistoire à nos jours.
    - un atlas du monde.
    - 2 500 dessins et photos.
    - 92 planches encyclopédiques.
    - 32 planches sur l'Histoire des arts.

    + Nouveau : un cahier d'anglais.

    Les dictionnaires Le Robert dirigés par le linguiste Alain Rey sont aujourd'hui la référence de la langue française pour l'apprentissage du français.

  • Les monstres sont partout et de tous les temps : ils hantent les codex aztèques et le cinéma américain, l'Antiquité grecque et les romans du XIXe siècle, la Bible et la mythologie indienne, les contes pour enfants. Excès, écart ou aberration, le monstre est tenu au Moyen Âge pour être l'oeuvre de Satan avant de devenir, à partir de la Renaissance, un défi pour la pensée, qui cherche à lui faire rendre raison de son existence. Il faut toutefois attendre le siècle des Lumières et les progrès en embryologie pour que naisse bientôt la tératologie, l'étude des malformations des êtres vivants. Tout en étant mieux compris, les monstres « réels » deviennent phénomènes de foire, entre voyeurisme et compassion, pendant que la psychanalyse, relayée par les images des surréalistes, cherche à rendre compte des monstres imaginaires.
    Stéphane Audeguy nous entraîne aux confins du monstreux, de la préhistoire au monde moderne qui a instauré de nouveaux rapports entre les monstres et la société, avec ces figures vertigineuses que sont le psychopathe, le criminel de masse, le mutant...

  • Fresques de Fontainebleau ou de l'Escurial, jardins Boboli, monstres de Bomarzo ou grottes de la villa Borromée sur le lac Majeur sont les hauts lieux du maniérisme. Redécouvert au début du XXe siècle, le maniérisme, souvent confondu avec la Renaissance dont il constitue le prolongement, demeure mal identifié. On peut y reconnaître une avant-garde avant la lettre, comme le démontre avec brio Patricia Falguières. Une avant-garde triomphante puisque le maniérisme fut à l'origine du premier grand style international depuis le gothique. À partir de Fontainebleau (son foyer central avec Florence et Rome), il étend son emprise sur l'Europe du XVIe siècle. Partout images et formes recyclent, durant près d'un siècle, les modèles inventés par Rosso, le Parmesan, le Primatice... Au coeur de cette aventure, un héros inattendu, Michel-Ange - figure tutélaire d'une génération de jeunes artistes indisciplinés. Tout à la fois excentriques géniaux et techniciens exceptionnels, individualistes forcenés et compétiteurs féroces, ils vont forger le langage artistique de l'Europe moderne, réinventer les règles du grand décor, populariser la figure de l'artiste génial. Ils ont aussi accrédité l'idée que l'art n'est pas seulement une question de savoir-faire, mais d'«idée» et de «génie».

  • Comment la langue a-t-elle nommé "les roses" ? quels sont leurs contenus, leurs usages, leurs connotations ? que nous disent-ils sur eux-mêmes et sur notre société, ses valeurs, ses tendances ? notre approche du rose a-t-elle évolué ? répondre à ces interrogations, tel est l'enjeu de ce troisième volume du dictionnaire des mots et expressions de couleur du xxe siècle qui, en effeuillant les roses, de la poésie à l'argot, des romans et chansons aux articles de presse, d'aurore à vieux-rose, en passant par rose et ses dérivés, nous fait pénétrer dans le jardin mystérieux et surprenant de cette couleur ambiguë, tour à tour sucrée ou piquante.
    Aurore. rose chair, rose cul. incarnadin. cuisse(-)de(- )nymphe(émue). feuille de rose, fleur de pêcher, pétale(-)de(-)rose. rose fraîche, rose(-)thé, rose bonbon, dragée, guimauve, praline. rose cochon ou crevette. rose buvard. rose saxe. rose barbie, pompadour ou schiap. la panthère rose. rose fossier. baise(z)-moi(-)ma(-)mignonne. vieux(-)rose. rose pink ou shocking. , rosé, rosemania, roseur. layette, tutu rose.
    Bibliothèque rose. partir sur un petit nuage rose ou sur un éléphant rose. triangle rose. ballet rose, minitel rose. peste rose. la vie en rose, rrose sélavy. rose enfance et sucreries, candeur ou mièvrerie, émotion, féminité, romantisme, plaisir, bonheur et optimisme, socialisme. rose ingénu, rose charnel et sensuel, érotique ou hard, rose de l'oppression ou de la fierté homosexuelle. ou encore, rose festif, égalitaire et multiculturel de tati.
    Rose mutant. rose is a rose is a rose. dans un "langage-tangage" incessant, roses multiples, anciens ou récents s'entrecroisent, dégageant un large éventail de sensations, de sens, de connotations, de symboles parfois contradictoires, et sous la couleur odorante et veloutée comme la fleur qui lui a donné naissance, perce parfois un rose trouble et dérangeant, à l'image de la société et de l'histoire dont la langue se fait l'écho.

  • Cette nouvelle édition du Dictionnaire étymologique du français, largement enrichie, présente l'arbre généalogique de près de 35 000 mots. Savez-vous que concerto, décret et discernement ont la même racine que crible ? Que chauvin, espiègle et rocambolesque viennent de noms de personnages de la littérature ? Que le sens premier de amadouer est " frotter avec de l'amadou " pour se jaunir le teint ? Pour chaque mot, retrouvez sa famille, son origine, son sens originel ou le sens de sa racine, les diverses formes qu'il a prises depuis sa première attestation et les règles phonétiques expliquant son évolution. Des annexes traitent plus particulièrement des mots à syllabes redoublées (coco, zigzag), de ceux formés sur des onomatopées (hennir, ouistiti) et de ceux venant de noms de personnes (dahlia, praline) ou de lieux (bougie, rugby).

  • Les jeux de raquette : une lignée ininterrompue depuis le xvie siècle.
    L'ancêtre commun : la paume, née en france, jouée d'abord à main nue puis avec des raquettes dès la renaissance. toutes sortes de variantes : en salle ou à l'extérieur, avec des battoirs ou des raquettes, avec une corde ou un filet. une foule de cousins : le volant, ancêtre du badminton ; le rackets et le fives, ancêtres du squash ; le lau'n-tennis, ou tennis sur gazon, inventé par un militaire anglais au siècle dernier.
    Guy bonhomme retrace l'histoire d'une mode sportive, à l'origine française, renouvelée en angleterre au xixe siècle, et devenue aujourd'hui loisir pour tous.

  • le xxe siècle a fait culture de tout, de la culture-tradition à la culture-consommation.
    ce dictionnaire culturel de la france au xxe siècle se propose comme un bilan raisonné. dépassant les clivages idéologiques et passéistes, il s'appuie sur une conception de la culture ouverte sur la vie, permettant de traduire, au-delà de telle ou telle pratique, les aléas du présent. tout à la fois acteurs et observateurs de la vie culturelle, et non témoins figés de la " culture contemporaine ", les auteurs de l'ouvrage privilégient les fondamentaux de la culture vécue par tous : littérature, arts, spectacles, tels que les ont rendus possibles des institutions, des politiques culturelles, une histoire ; tels aussi que la mémoire collective a pu les assimiler et pourra en rendre témoignage.
    en fin d'ouvrage, une chronologie des oeuvres et événements culturels les plus significatifs, ainsi qu'un index thématique, guideront le lecteur dans sa lecture et sa consultation. sous la direction de robert jouanny.

  • 8 000 mots et sens, 1 200 illustrations.

    La maîtrise de la langue :
    - des définitions simples pour chaque mot, chaque sens.
    - des exemples issus de la vie quotidienne de l'enfant.
    - des remarques sur l'orthographe et la prononciation.
    - des invitations à aller plus loin avec l'indication des synonymes, des contraires, des homonymes.
    - une initiation aux familles de mots et aux niveaux de langue.

    La découverte du monde :
    - des illustrations en phase avec l'univers de l'enfance.
    - des planches thématiques (la forêt, le corps humain, la musique...).
    - un dossier illustré présentant les 200 pays du monde avec leur drapeau, leur capitale, leur superficie.
    - des remarques encyclopédiques.
    - des questions/réponses ludiques.

    + Nouveau : Mes 100 premiers mots d'anglais, des planches pour découvrir l'anglais par l'image et le jeu.

  • Partir du noir, l'obscur, le non-manifesté, pour atteindre le blanc, la lumière, la conscience.
    Saisir, capter, à la fois un objet réel et une reconstitution plus qu'une représentation du monde visible.
    L'objet comme véhicule, prétexte à l'élaboration d'un monde personnel.
    Être présent au monde, être disponible pour accueillir l'inconnu.
    Immobile, attentif à ce qui appelle en soi.
    Explorer, il y a toujours à voir.
    Rencontrer l'inintelligible, chercher les endroits isolés, du bout, s'ouvrir au monde Ne pas adhérer, faire surgir l'esprit, disparaître en tant qu'individu Attendre l'ouverture. Le nombre de détails inclus dans la forme totale approche l'infini.
    Ce cheminement, la chambre photographique en réalise l'unité.

    Olivier Mériel

  • Entre le rêve et l'action, entre la création poétique et la tentation révolutionnaire, les surréalistes veulent transformer le monde.
    Provocations, expériences psychiques et esthétiques, déclarations et manifestes, le groupe est traversé par les luttes politiques et les ruptures tonitruantes. sur les traces des poètes - breton, soupault, eluard, aragon, péret -, des peintres, des photographes et des cinéastes - dali, ernst, tanguy, magritte, man ray, bunuel -, jean-luc rispail suit cette " trajectoires du rêve ", hautement conflictuelle.

  • Du daguerréotype au document numérique, la photographie interroge notre regard depuis près de deux siècles.
    Chacun pourra ici puiser, au fil des pages, dans un pêle-mêle de mots concernant cet art : termes techniques, grands noms de la photographie, courants artistiques, univers de la presse, sans négliger le plaisir de l'amateur.

  • Un dictionnaire complet de la langue française : 40 000 mots : des définitions claires et précises, des exemples d'emploi, les principales locutions et expressions, les synonymes et les contraires ; les difficultés d'emploi : grammaire, orthographe, prononciation ; les renvois pour passer d'un mot à l'autre, d'une idée à une autre. Un dictionnaire de culture générale : 9 000 noms propres : personnes, lieux, événements... ; dans tous les domaines : histoire, géographie, sciences, littérature, arts, philosophie, politique, religion... Des tableaux pratiques : les conjugaisons ; les noms d'habitants.

empty