Sciences Humaines

  • Cet ouvrage est une initiation, vivante et accessible, aux méthodes, aux théories et aux grands courants de la pensée sociologique, depuis les fondateurs (Comte, Marx, Tocqueville, Durkheim, Weber) jusqu'aux développements les plus récents

  • 1800-1900 LE TEMPS DES PIONNIERS : de la société des observateurs de l'homme aux origines de la psychologie ; 1900-1950 LE TEMPS DES FONDATIONS : Sociologie, psychanalyse, linguistique, économie, anthropologie... structuration et développement des différentes disciplines : DEPUIS 1950 LE TEMPS DES CHERCHEURS : la révolution générative, la vague structuraliste, la contre-culture, le temps de la communication, le réveil de la philosophie, le sacre du cerveau, la postmodernité, les sciences sociales au temps des réseaux ; CONCLUSION : la nouvelle carte des idées.

  • Rigoureux, original, clair et synthétique, un livre indispensable pour comprendre le monde du travail dans lequel nous évoluons.
    Écrit par un spécialiste de la question, professeur au CNAM.
    Une deuxième édition totalement mise à jour, mettant en avant les mutations que le travail a connues ces dernières années, notamment concernant le numérique.
    Régulièrement, le travail fait la une de l'actualité. Les prétextes ne manquent pas. Les fermetures d'entreprise, les délocalisations, les conflits sociaux, les vagues de suicides, le chômage persistant, l'organisation délétère des activités productives, les plaintes professionnelles sont autant de thèmes qui, ponctuellement, retiennent l'attention et nourrissent les débats. À n'en point douter, le travail d'aujourd'hui pose problème. Voilà un constat pour le moins paradoxal car, si l'on en croit certaines enquêtes sociologiques menées à grande échelle, la plupart des Français associent le travail à leur bonheur de vivre.

    Pour comprendre et dépasser cette contradiction apparente, il convient de regarder la manière dont le travail se transforme. Tel est l'objectif du présent ouvrage. Celui-ci présente ainsi les nouvelles formes de coopération productive qui se développent avec les plateformes numériques comme Uber et bien d'autres encore.

    Le livre met en évidence plus généralement l'existence d'une série de tensions, de nature et de portées inégales, qui affectent notre manière de travailler. Ces tensions peuvent être lues comme le produit de mutations (nouvelle donne économique et technologique) et de stratégies gestionnaires qui ont des conséquences tous azimuts sur les flux de main-d'œuvre internationaux, le marché de l'emploi, l'organisation des entreprises, les conditions de travail ou encore l'articulation entre les multiples temps sociaux qui rythment notre vie quotidienne.

    Le travail n'est pas qu'un geste, c'est aussi un bien commun. Connaître le travail à travers les tensions qui le traversent aujourd'hui constitue un moyen privilégié pour en dessiner les contours de demain.

  • Un bilan des connaissances qui nourrissent les débats sur l'énigmatique question de la fabrication des identités sexuées.

  • Comment vivre à l'heure du risque. Redonner sens et perspectives à l'idée d'avenir.

  • Chapitre I COMMENT LES SINGES SONT DEVENUS (PRESQUE) HUMAINS. Chapitre II LA NATURE HUMAINE REDECOUVERTE. Chapitre III L'IMAGINATION : LA MACHINE A IDEES. Chapitre IV LA PENSEE EN IMAGES. Chapitre V LA SAGA DES ORIGINES. Chapitre VI L'ESPRIT GRAVE DANS LA PIERRE. Chapitre VII L'ORIGINE DU LANGAGE. Chapitre VIII NAISSANCE DE L'ART, NAISSANCE DES DIEUX. Chapitre IX L'EMERGENCE DES CULTURES.

  • " Un siècle après la mort de Durkheim, on est toujours durkheimien, par allégeance ou par imprégnation... Salvador Juan le montre en excluant la commodité d'une pure chronologie. Il s'attache à révéler une aventure intellectuelle continuée, ainsi que ses répercussions sociales et politiques encore actives dans la France contemporaine. " (G. Balandier)

  • Réunissant les contributions de spécialistes de tous horizons, ce livre propose un état des lieux dépassionné sur la question, avec, en toile de fond, un constat : l'avènement de l'individu, ce n'est pas " moins de société ", mais au contraire une nouvelle façon de faire société...

  • De quoi le peuple est-il le nom ? réflexions philosophiques, linguistiques et historiques sur la notion de " peuple " ; Au nom du peuple/mouvements d'hier et aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs ; Représentations, figures et expressions du peuple ; Peuple et politique/populisme et democratie

  • Familles recomposées, homoparentalité, procréation médicalement assistée, déclin de l'autorité... en un quart de siècle la famille occidentale a été considérablement bouleversée.

  • La recherche des origines ; la nature de la culture ; la construction des identités

  • Causes et fondements du fait religieux ; évolution du phénomène religieux à travers l'histoire et les civilisations ; religion et modernité ; frontières du religieux.

  • Les organisations au concret • Lire un organigramme : l'abbaye de Fontevraud (J.-M. Saussois) • Les universités, des organisations spécifiques ? (C. Musselin) • Une coopérative ouvrière : l'exemple du Relais (T. Barreto) • L'entreprise virtuelle (F. Fréry) • Internet, un laboratoire institutionnel (E. Brousseau) • Les High-Reliability Organizations (Encadré) • L'Europe, une organisation complexe (Entretien avec S. Saurugger) • L'OMC, une petite organisation internationale (M. Rainelli) Théories des organisations • L'économie des coûts de transactions (Entretien avec O. Williamson) • L'économiste face aux organisations (Entretien avec O. Favereau) • Sociologie des organisations : nouvelles approches (P. Bernoux) • Retour sur le parcours de James March (E. Godelier) • " Technologie de la déraison " et éloge de la lenteur (Entretien avec J. March) • Changement institutionnel et stratégie politique des firmes (E. Coblence, J. Fabbri) • Sociologie clinique et dimensions cachées des organisations (J.-F. Dortier) • Les approches critiques des organisations (B. Vidaillet, Y. Bousalham) • Aux origines de la gestion scientifique (Entretien avec A. Hatchuel) Organisations et management • Les quatre mythes du management selon March (Encadré) • Le Modèle de Mintzberg (Encadré) • L'hégémonie américaine en question(s) (J.-F. Chanlat) • La gouvernance de l'entreprise (R. Pérez) • Coordonner, coopérer, adhérer. Les enjeux du management (J.-M. Saussois) • PME, un patronat aux trois visages (M. Bauer) • Qui peut publier la description ethnographique d'une entreprise ? (M. Villette) • Restructurations : entre permanence et rupture (R. Beaujolin-Bellet) • Pouvoir et désir dans l'entreprise (E. Enriquez) • L'hypocrisie organisationnelle (H. Dumez) Décider dans les organisations • Qu'est-ce que décider dans une organisation ? (J. Rojot) • Règles du jeu et décision (Entretien avec J.-D. Reynaud) • Les énigmes de la décision dans l'entreprise (J.-C. Moisdon, B. Weil) • Les décisions stratégiques (H. Laroche) • Les cadres et la domination douce (Entretien avec D. Courpasson) • Des mondes du travail sans hiérarchie ? (I. Berrebi-Hoffmann) Dynamique des organisations • Organisation et innovation : une rencontre conflictuelle (N. Alter) • " Trop de changement, c'est l'anarchie " (Entretien avec H. Mintzberg) • Une méthode démocratique pour transformer l'organisation (Entretien avec M. Crozier) • La dynamique de l'action organisée (Entretien avec E. Friedberg) • Outil de gestion et dynamique de changement (J.-C. Moisdon) • Action située et théorie de l'activité (Encadré) Le facteur humain dans les organisations • Les bons contes font-ils aussi les bons managers ? (T. Boudès) • La fabrication du sens dans les organisations (H. Laroche) • L'individu et le système (S. Enlart) • La construction des identités au travail (R. Sainsaulieu) • Le développement personnel au service de l'entreprise ? (V. Brunel) • Les cadres rebelles (D. Courpasson, F. Dany) • La complainte des travailleurs (Entretien avec F. Dubet) Annexes • Glossaire • Bibliographie générale • Index des noms de personnes • Index des notions • Liste des auteurs • Table des matières

  • La violence traverse le temps, les cultures, les classes sociales et, dès que l'on cherche à la contenir ou à la canaliser, elle resurgit ailleurs sous une autre forme. Aujourd'hui, elle semble omniprésente : impossible d'ouvrir un journal, Internet ou la télévision sans en entendre parler. Tenter de la cerner suppose de prendre en compte son caractère protéiforme : violences physiques, sexuelles ; verbales, psychologiques ; maltraitances – de la simple négligence aux maltraitances graves – ; violences interindividuelles, familiales, violence collective, suicides ; violences à l'école, au travail, violences politiques ; crimes et délits – de la petite délinquance à la grande criminalité. À violences plurielles, approches multiples. Ce livre propose de croiser les regards et les interrogations de spécialistes de tous horizons – sociologues, psychologues, philosophes, politologues, criminologues, historiens, médecins : Nos sociétés sont-elles plus violentes, comme le laisserait penser la surmédiatisation de certains faits divers, ou bien sommes-nous simplement mieux informés qu'autrefois ou encore plus sensibilisés à ces phénomènes ? Notre besoin de sécurité est-il plus important qu'avant ? La violence est-elle affaire de nature ou de culture ? N'assistons-nous pas à une transformation du statut même de la violence ? Et que faut-il penser de l'avènement de la victime¿ ? Cet ouvrage à vocation pédagogique présente les grands axes de la recherche afin de mieux penser la violence.

  • Deux siècles de sciences de l'homme et de la société racontées de manière vivante et synthétique.

  • L'entreprise est au cœur d'un paradoxe qui apparaît aujourd'hui avec force. Attendue pour développer l'emploi, créer des richesses, participer au développement des territoires, elle est perçue dans le même temps comme un facteur de risques économiques, sociaux et écologiques majeurs. À travers ce paradoxe, ce sont les représentations de l'entreprise qui ne laissent pas d'interroger. La réduction de l'entreprise à un dispositif financier ordonné à la valeur actionnariale n'a en effet été possible qu'en raison d'une construction scientifique défaillante, sinon inexistante, de l'entreprise. Ce constat conduit à l'hypothèse fondatrice du présent ouvrage : l'entreprise est restée, jusqu'à très récemment, un point aveugle des sciences sociales. L'ouvrage propose de revisiter les rapports des sciences sociales à l'entreprise. Il met en lumière, à travers ses différentes contributions, de nouvelles façons de penser l'entreprise et sa gouvernance.

  • Qu'est-ce que la violence ? Voilà un terme polysémique, dont on use et on abuse - surtout aujourd'hui, à l'heure des " politiques sécuritaires ". Le but de ce livre est de montrer que la violence correspond avant tout à un domaine de la recherche en sciences humaines en pleine expansion et par ailleurs peut-être un des rares vrais lieux de la transdisciplinarité où se croisent inévitablement l'histoire, l'anthropologie, la sociologie, la psychologie, les sciences de l'évolution et les sciences politiques. Coordonné par Régis Meyran. Ont participé à cet ouvrage : Marc Augé, Christian Baudelot, Philippe Braud, Maurice Cusson, Alain Dewerpe, Jean-François Dortier, Didier Fassin, Dominique Lhuilier, Pierre Manonni, Jacques Miermont, Laurent Mucchielli, Jean de Munck , Christian Nadeau, Mouzayan Osseiran-Houbballah, Michel Porret, Jacques Sémelin, Vincent Troger, Michel Wieviorka, Vincent Yzerbyt...

empty