Langue française

  • Comment peut-on être femme et philosophe ? Question absurde. Question clé qui invalide les distinctions ordinaires entre biographie, histoire, politique et philosophie. " Je suis née un peu partout, sous le ciel désormais en morceaux des Grecs, dans des sabots de paysanne bretonne... mais aussi dans les révoltes qui furent miennes, les gifles qui s'ensuivirent ou qui les précédèrent, dans la détresse lucide de Simone de Beauvoir, dans le poêle de Descartes, et ce n'est pas fini. "
    La " question des femmes " a ici un statut universel. Point de départ d'une véritable orientation de la pensée, c'est aussi-si l'on en juge par la manière drolatique de Michèle Le Dœuff, et sa matière : entièrement liée à la cité et aux mœurs-l'occasion de retrouvailles avec un très ancien mode d'intervention philosophique, à la fois public et polémique.
    " Ce livre, adressé à tous, est particulièrement dédié aux jeunes femmes qui s'apprêtent à entrer dans un monde où, de semaine en semaine, il leur sera reproché de ne pas être du côté de la toute-puissance, donc de croire et de faire croire que l'esprit est ailleurs. "
    Michèle Le Dœuff est née en 1948. Agrégée de philosophie. Ancienne professeur ordinaire à l'université de Genève. Directrice de recherches au CNRS.
    A publié L'Imaginaire philosophique (Payot, 1980) ; La Nouvelle Atlantide de Francis Bacon, traduction suivie de Voyage dans la pensée baroque (Payot, 1983, réédition GF-Flammarion, 1995) ; Vénus et Adonis de Shakespeare, traduction suivie de Genèse d'une catastrophe (Alidades/Distiques, 1986) ; Du progrès et de la promotion des savoirs de Bacon (" Tel ", Gallimard, 1991) ; Le Sexe du savoir (Aubier, 1998, réédition " Champs ", 2000).

  • Il est de notoriété publique que les philosophes rêvent parfois. Quand ils nous donnent des nouvelles d'îles où le vent ne souffle pas ; quand ils esquissent une topographie insolite du corps féminin ; quand le timbre de la voix parlante leur paraît une menace pour la sécurité de l'État..., par exemple. Si bien que Condillac soupçonnait ses confrères de créer leurs systèmes dans leur lit. Traditionnellement, on peut imputer ces bizarreries à un fond archaïque, chargé de mythologie populaire, qui ferait retour, malgré la discipline, dans le champ du travail théorique ; on peut aussi comprendre ces allégories comme des illustrations proposées par le philosophe pour rendre son discours plus accessible ; on peut, enfin, passer délibérément à côté et n'en rien penser du tout : autant de façons, finalement, de répondre au voeu même de la philosophie, qui toujours travaille à protéger ses images contre toute tentative d'analyse. Mais pourquoi faudrait-il donc ne pas y regarder de trop près ? Serait-ce que ces arbres, ces logis, ces affinités alchimiques, ces fictions utopiques, ces femmes-plantes baignant dans l'air du temps, auraient à voir avec les tensions, les échecs, les difficultés d'une entreprise philosophique qui ne serait jamais à la hauteur de ses propres normes de validation ? Un écart dans le projet philosophique lui-même - un espace comblé d'images ad hoc - au bout du compte un imaginaire philosophique.

empty