• «Considérez le cannibalisme universel de la mer, dont toutes les créatures s'entre-dévorent, se faisant une guerre éternelle depuis que le monde a commencé.Considérez tout ceci, puis tournez vos regards vers cette verte, douce et très solide terre ; ne trouvez-vous pas une étrange analogie avec quelque chose de vous-même ? Car, de même que cet océan effrayant entoure la terre verdoyante, ainsi dans l'âme de l'homme se trouve une Tahiti pleine de paix et de joie, mais cernée de toutes parts par toutes les horreurs à demi connues de la vie. Ne poussez pas au large de cette île, vous n'y pourriez jamais retourner.» Epris de mer, d'aventures et d'horizons lointains, le narrateur s'embarque à bord d'un baleinier, le Péquod, dont le capitaine est le taciturne Achab. Sauvage, celui-ci s'appuie sur une jambe artificielle taillée dans l'ivoire d'une baleine. Sa jambe a été emportée par la terrible baleine blanche, Moby Dick. Depuis, Achab n'a qu'une idée en tête : voguer sur toutes les mers du globe à la recherche de Moby Dick, l'irréductible baleine. Et la lutte sera acharnée...

  • Bartleby le scribe

    Herman Melville

    « Une fois dans la bibliothèque, il me fallut environ deux secondes pour mettre la main sur le Bartleby de Melville. Bartleby ! Herman Melville, Bartleby, parfaitement. Qui a lu cette longue nouvelle sait de quelle terreur peut se charger le mode conditionnel. Qui la lira le saura. » Daniel Pennac.

  • J'étais donc assis dans cette même posture lorsque je l'appelai et lui exposai rapidement ce que j'attendais de lui, savoir, l'examen de concert d'un petit document.
    Imaginez ma surprise, non, mon indignation, lorsque, sans se départir de son quant-à-soi, bertleby, d'une voix singulièrement douce et ferme me répondit, " je ne préférerais pas ". herman melville

  • Grand escroc (le)

    Herman Melville

    • Sillage
    • 15 October 2006

    Un premier avril, au lever du soleil, un homme vêtu de couleurs pâles apparut sur le quai de la ville de Saint-Louis.

    Le Grand Escroc, dernier roman publié par Herman Melville, retrace la fructueuse journée d'un fabulateur machiavélique, monté à bord d'un vapeur, sur le Mississipi. Imprévisible, insaisissable, il use des plus surprenantes métamorphoses pour placer le genre humain face à ses ridicules - et à ses éternelles contradictions.

  • Ces contes si châtiés furent écrits, contre toute apparence, dans l'anxiété et la fièvre.
    Gravement atteint déjà par le départ au loin de nathaniel hawthorne, l'irremplaçable confident d'hier, melville assiste maintenant au naufrage de " pierre ou les ambiguïtés " sur les récifs de la morale puritaine.
    Devra-t-il, pour faire vivre les siens, étouffer sa pensée et renier son langage ? endiguer le flot torrentiel qui a porté " moby dick " puis " pierre " en zone interdite ?
    Sa pensée restera intacte.
    Mais une conversion s'opère chez lui pendant la genèse des contes. jean-jacques mayoux l'a formulé on ne peut mieux : " il semble que son langage ait intégré le silence et qu'il lui donne une puissance toute nouvelle. " voué à la retenue du discours en même temps qu'à l'effacement professionnel, il ne se veut plus l'huissier des ambiguïtés qui tissent le monde. si bartleby est " un homme du rebut " (tout comme l'auteur de " pierre "), est-ce la faute du scribe - plus indéchiffrable qu'hamlet - ou celle de wall street ? a bord du navire esclavagiste, qui furent et qui sont les pires persécuteurs ? " les contes de la véranda ", souvent plus proches du mythe que de l'allégorie, sont par là même inépuisables.

  • Moi et ma cheminee

    Herman Melville

    • Allia
    • 28 March 2008

    Dans les récits réunis ici se tissent des correspondances thématiques, notamment celle de l'individu en lutte avec le conformisme de son entourage. Touchantes, d'une grande finesse mais également d'une grande malice, ces nouvelles sont de véritables petits joyaux d'un des grands maîtres de la littérature américaine.

  • Trois nouvelles que l'auteur de«Moby Dick»écrivit pendant l'une des périodes les plus sombres de sa vie. Trois subtiles variations sur le thème du voyage et de l'écriture.

  • "Bartleby n'est pas le symbole de quoi que ce soit. C'est un texte violemment comique. C'est comme une nouvelle de Kleist, de Dostoïevski, de Kafka ou de Beckett, avec lesquels il forme une lignée souterraine et prestigieuse." G.D.

empty