• Fruit de l’enseignement sur les turbomachines développé par l’auteur à l’INSA de Toulouse et à l’École des Mines d’Albi, l’ouvrage présente de façon simple et claire les machines tournantes recevant ou fournissant de l’énergie mécanique à un fluide compressible. Sont décrits et analysés les compresseurs, turbines à vapeur, turbines à gaz et turbomoteurs d’aéronefs.Conçu pour des ingénieurs et techniciens utilisateurs de ces machines, l’accent est mis sur leur constitution et leur fonctionnement. Les caractéristiques, les rendements, les avantages, les inconvénients et les conditions de choix sont précisés.De très nombreuses applications chiffrées, détaillant par le calcul les ordres de grandeur de machines industrielles sont développées sous forme d’exercices et de problèmes corrigés. L’exposé est illustré par de multiples figures (schémas, plans, photos).

  • Damien Delcour est un acteur à la retraite qui, comme la plupart des comédiens, la refuse en mentant à son complice de théâtre, lui faisant croire qu'il continue à recevoir de nombreuses propositions.
    La pièce est une digression sur la carrière en général.

  • Yvette et Carmela sont deux anciennes prostituées qui se sont reconstituées dans la vie. L'une se prend pour une femme du monde. L'autre travaille dans une brasserie comme employée des toilettes. Carmela est entretenue par un soi-disant personnage de la société qui ment sur son existence, les ayant connues dans le passé.

  • L'économie est perturbée dans de multiples domaines par une crise sans précédent depuis un siècle. La fin de la crise fait beaucoup parler et écrire sans espoir de résultat à court terme. Le but ici n'est pas la solution introuvable, mais des apaisements

  • Le présent du passé relate une importante tranche de vie d'un acteur, à commencer par ses études au Conservatoire avec ses camarades Jean-Paul Belmondo, Bruno Cremer, Claude Rich, Françoise Fabian, Annie Girardot, Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle, etc. Suivis de la galerie des rencontres professionnelles, devenues amicales : Jean Cocteau, Jean-Pierre Melville, Martine Carol...

  • QUEL coup d'oeil-ravissant, quel spectacle enchanteur
    Le sommet de Monton présente au voyageur !
    Accourez vers ces lieux, amans de la nature ;
    Elle vous offre ici sa plus riche parure :
    Ce mont est admirable ! Oui, si Dieu le forma,
    C'est qu'il voulut créer un grand panorama.
    De ce site élevé l'oeil s'étend à la ronde,
    Et voit de tous côtés les merveilles du monde.Au-dessous de mes pieds un grand bourg populeux,
    S'appuyant sur des rocs qui menacent les cieux,
    Et cherchant du midi la bénigne influence,
    Confie au dieu du jour sa naissante abondance :
    Puisse-t-il, exauçant les doux voeux que je fais,
    Répandre sur son sol tout l'or de ses bienfaits,
    Mûrir par ses regards ses moissons ondoyantes,
    Et rougir de nectar ses vignes verdoyantes !Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • La croissance est-elle un remède efficace et durable contre le chômage ? Non, elle n'est qu'un mirage ! Cet essai fait la démonstration qu'un retour comparable aux 30 glorieuses est utopique.

  • Une vingtaine de récits drôles et tendres dans lesquels J. Bernard met à plat l'absurdité humaine sur un ton badin.

  • La place du jeu d'échecs dans la vie sociale et les conséquences de sa pratique sur le processus de sociabilisation des joueurs constituent les thèmes centraux de cet ouvrage. L'étude porte sur différents aspects: les joueurs amateurs, les clubs d'échecs, les relations sociales qui se nouent lors des compétitionss et, plus spécifiquement, les joueurs d'échecs professionnels dont le métier, la vie privée, les comportements de loisir témoignent de ce que la pratique du jeu rejaillit sur toutes les facettes de leur existence.

  • Plume acérée ou griffes rentrées, Jacques Bernard évoque avec humour ou humeur, c'est selon, la vie d'un petit lyonnais d'après-guerre, les frasques en Val de Saône d'un gone mal léché, les « turbulences » de la vie militaire, professionnelle et associative avec leurs « égratignures » subies ou... prodiguées. Amusantes anecdotes et savoureux portraits de personnages hauts en couleur alternent pour notre plus grand plaisir. Mais, sous le ton apparemment plaisant, affleure une critique piquante de nos comportements, des tares, vices et insuffisances de la société. Bref ! 180 pages pour rire franchement, s'indigner ou s'interroger.

  • La compétition mondialisée accroît les inégalités et multiplie les tensions. La surabondance et la pénurie se côtoient. L'environnement est saccagé. Le credo idolâtre d'une croissance éternelle est un mirage. L'auteur ouvre une voie plus harmonieuse. Chômage, mondialisation, retard des pays en développement, la nature, et autres grands sujets sont approfondis à contre-courant de la pensée unique. Les idées-choc s'éclairent d'applications concrètes probantes. Notre pérennité exige des garde-fous crédibles. Il y a urgence...

  • Comme nombre de couples n'ayant plus grand-chose à se dire, Frantz et Estelle vivent par personne interposées en écoutant les conversations de "la table d'à côté".Pourtant Frantz avait fait une belle rencontre : Louba, femme qu'il n'avait pas su garder, ayant subi dans sa jeunesse un lourd traumatisme qui le rendait imperméable à tout sentiment amoureux, confondant sexe et coeur. C'est vers la cinquantaine qu'il prend conscience de l'inanité de sa vie et retrouve Louba par hasard. Serat-il capable de donner enfin un sens à son existence ?

  • Temps de préparation : très rapide. Recette : prenez (dans le désordre) une paire de rollers, un accordéon, un bonnet à pompon, un meilleur copain, une sorcière en bikini, un kangourou, des Carambar, un peu de pain d'épice et du jus de tomate... Mélangez le tout énergiquement. Servez très relevé, accompagné de beaucoup d'amour, d'une pincée d'humour, d'un zeste de potion magique et de beaucoup d'imagination. Dégustez sans attendre.

  • « Aujourd'hui, toute doctrine qui se refuse à envisager les conséquences du progrès, soit qu'elle proclame ce genre de problèmes secondaires (idéologie de droite), soit qu'elle le divinise (idéal de gauche), est contre-révolutionnaire. »Visionnaires, Charbonneau et Ellul rejetèrent dos à dos les voies libérales, soviétique et fascistes. Dès les années 1930, ils ouvrirent une critique du « Progrès » et du déferlement de la technique et de la puissance au détriment de la liberté.La solution : une révolution contre le nouvel absolutisme du triptyque Science-État-Industrie ; une insurrection des consciences ; un projet de civilisation ancré dans un nouveau rapport à la nature.Ce recueil rassemble quatre textes sources de l'écologie politique, inédits pour trois d'entre eux. Contemporains de la Grande Dépression, d'Auschwitz et d'Hiroshima, ces textes incisifs offrent une clé de lecture très actuelle, humaniste et libertaire, de nos sociétés contemporaines, productivistes, consuméristes et techniciennes.Bernard Charbonneau (1910-1996) et Jacques Ellul (1912-1994), amis et animateurs dans le Sud-Ouest du mouvement personnaliste, faisaient partie des « non-conformistes » des années 1930. Leur critique non marxiste de l'aliénation de l'homme moderne est une source majeure de la pensée écologiste contemporaine.Textes présentés par Quentin Hardy (Université Paris 1).

  • "Autrefois, chaque film nous constituait de façon intime.
    Désormais, il participe de la superconnexion neuronale qui n'oublie rien et s'alimente au "grand tout" numérisé. Notre impatience à zapper est tout entière au service des serveurs. Mais, au fond, le pixel n'a rien changé à nos affects. Avant le cinéma, jamais un art n'avait offert un sentiment de réalité si immédiat, une empathie si transmissible, une part de légende si ouverte. Et tout cela reste en lui, comme un trésor.
    Puisse ce Petit éloge en redessiner la carte. Numérique, certes, mais carte au trésor quand même".

  • Le monde depuis 1870 est destiné aux étudiants de premier cycle (Licence, Classes préparatoires aux grandes écoles, jusqu'à la préparation du CAPES) et peut également être prescrit aux candidats à des concours sciences-po et administratifs pour leurs épreuves d'histoire contemporaine.
    Soucieux de leur offrir une information claire et précise, ce livre retrace l'évolution politique, économique, sociale et culturelle du monde depuis l'expansion coloniale et la généralisation de l'industrialisation jusqu'à la mondialisation la plus récente. Il accorde une place significative à la France mais aussi aux mondes extra-européens dont la place évolue considérablement dans les relations internationales au cours de la période considérée.
    Ce manuel s'organise autour de trois temps forts :
    o COURS : les notions sont exposées avec un accompagnement pédagogique pour faciliter la compréhension et la mémorisation (définitions, biographies, cartes, points à retenir, dates clés et bibliographie commentée).
    o MÉTHODES : les méthodes de la dissertation et du commentaire de document (texte, statistiques, iconographie) sont présentées avec des exemples de sujets corrigés.
    o ATLAS : en fin d'ouvrage, un ouvrage tout en couleur propose les cartes essentielles.

  • Ouvrage de référence dans le domaine des mesures et de la régulation, Le carnet du régleur décrit point par point les étapes qui constituent une chaîne de régulation:
    o Mesurer une grandeur physique pour obtenir des informations sur l'état d'un procédé ;
    o Transférer et traiter l'information ;
    o Contrôler vannes ou actionneurs pour agir sur le procédé et modifier son état ;
    o Comparer la valeur de la grandeur mesurée à la valeur souhaitée.
    En annexes sont regroupés tableaux de données et résultats mathématiques fondamentaux.
    Cette 18e édition est une refonte totale, sur le fond comme sur la forme: réorganisation des chapitres pour une meilleure cohérence, suppression des techniques obsolètes, refonte des chapitres  "régulation" et "procédés", nouvelle maquette.

  • Né de la rencontre - pas du tout fortuite - entre le photographe Bernard Plossu depuis longtemps apprécié par les deux écrivains, sa série de photos de chambres d'hôtel, (Palerme et Gênes) a donné vie à ce livre à trois « voix ». Chacun d'eux a écrit en vis à vis de chacune des photos un petit texte fictionnel formant une sorte de récit énigmatique. Le livre se compose donc de deux parties : « Palerme Fonction Silence » de Liliane Giraudon et « Gênes Fonction Basilic » de Jean-Jacques Viton.

  • Décors tourmentés, perspectives dépravées, expressivité des corps d'acteurs, jeux d'ombre et de lumière, sensations de fin du monde.
    Pourquoi cet expressionnisme-là, celui du cabinet du docteur caligari, est-il resté si célèbre ? mais pourquoi ce même expressionnisme ne peut-il établir aussi une liste immuable des films qui le composent, pourquoi doit-il toujours prouver sa validité, suspecté dès l'origine de n'exister que par abus de langage ? cet ouvrage suppose l'inverse : non qu'une définition du phénomène soit aisée ou même possible (il existe toute une histoire, racontée ici, de cette aventure intellectuelle), mais que ce e mouvement ou ce moment si contesté a joui d'une forme de postérité qui le prouve presque en retour.
    D'orson welles à tim burton, de maya deren à kenneth anger, de blade runner à david lynch pour ne citer que quelques noms d'un seul continent, le cinéma expressionniste s'avère paradoxalement une des grandes virtualités accomplies du cinématographe. depuis son origine jusqu'à aujourd'hui, il pose des questions d'esthétique, d'histoire, des questions qui dévoilent tout un pan du 7e art.

  • Marcel Légaut (1900-1990) a été l´un des grands spirituels du XXe siècle. Sa rencontre et ses livres ont profondément marqué des générations d´hommes et de chrétiens en recherche de leur propre humanité et d´une vie chrétienne adulte. Ceux-ci ont trouvé auprès de lui souffle et nourriture pour inventer leur voie personnelle en expérimentant une liberté exigeante. C´est que le témoignage de son existence, patiemment mûrie à travers une série de choix qui se sont imposés à lui, inspirés par son souci constant d´authenticité, rejoignait les aspirations intérieures de ses interlocuteurs et lecteurs.
    Vingt-cinq ans après sa mort, la parole de Marcel Légaut est toujours d´actualité. Ses livres sont réédités, des groupes d´hommes et de femmes, chrétiens ou non, les lisent et la maison communautaire qu´il a créée en 1967 dans la Drôme avec ses amis ne désemplit pas chaque été.
    Cet ouvrage atteste la fécondité de son témoignage à travers les voix singulières de trois contemporains : deux l´ont fréquenté de son vivant, le troisième l´a découvert après sa mort. Chacun a fait fructifier à sa manière la parole reçue. Ils partagent ici les échos personnels qu´a suscités en eux un des grands textes de Marcel Légaut, tiré de « Prières d´homme », qui est comme un condensé de sa démarche spirituelle. Leurs paroles plurielles et situées sont les fruits uniques à la fois de leur propre démarche intérieure et de l´auteur qui les a inspirés.
    Ce livre illustre ce qu´écrivait Marcel Légaut en 1980 dans « Devenir soi » : « En se disant en toute fidélité, avec exactitude, sans rien voiler, majorer, extrapoler, l´auteur offre à son lecteur l´occasion et peut-être la possibilité de se déchiffrer lui-même ». Ainsi d´humain en humain les paroles vraies reçues, recréées et partagées deviennent indéfiniment source, souffle et nourriture.

  • Auteur de quatre films documentaires en France dans les années 30, puis de trois autres en Angleterre dans les années 50, acteur dans une quarantaine de films français et anglais (métier qu'il a toujours pratiqué en dilettante afin de financer ses « activités mercenaires » qui lui tenaient plus à coeur), Brunius est surtout connu des cinéphiles pour ses rôles marquants dans L'affaire est dans le sac de Pierre Prévert (1932) et La Partie de campagne de Jean Renoir (1936), pour son film Violon d'Ingres (1939) - documentaire pionnier sur l'art populaire (avec, entre autres, le palais du facteur Cheval, sa découverte) -, enfin pour son essai sur l'avant-garde intitulé En marge du cinéma français.
    Mais s'il est une oeuvre immergée qui mériterait de remonter à la surface, ce sont les centaines de textes sur le cinéma, la littérature, l'art, le théâtre et la politique qu'il publia sur plusieurs décennies dans d'innombrables revues, journaux, catalogues d'expositions ou sous forme de préface, et dont nous proposons ici une anthologie, en y ajoutant un certain nombre de poèmes et lettres inédites (à sa fille et à André Breton), ainsi qu'un choix de témoignages de ses amis écrivains et artistes.
    Textes choisis, cela va sans dire, en fonction de leur qualité d'écriture et d'analyse, mais aussi par ce qu'ils révèlent du parcours et de la personnalité d'un écrivain qui n'hésitait jamais à parsemer ses démonstrations les plus pointues de digressions plus intimes. L'ordre chronologique aidant, on voudra donc bien lire aussi ce vaste recueil (en tout plus de 80 textes) comme l'autoportrait d'un artiste embarqué dans le tumulte de son demi-siècle.

  • C'est en puisant dans leur vécu et souvenirs personnels que Bernard Bourigeaud et Jacques Brun ont rédigé cet ouvrage loin des essais théoriques et des pratiques obsolètes. Ayant en commun la passion de l'entreprise et de ceux qui la font, ils

  • Aux IIe et IIIe siècles, les communautés chrétiennes se structurent avec la multiplication des communautés chrétiennes en Afrique. A cette époque, le baptême était considéré comme une régénération unissant tous les chrétiens au sein d'une même Eglise. Cela débouchera sur des contestations. Cet ouvrage se penche sur la façon dont la querelle du second baptême a pu conditionner l'évolution historique de l'Afrique chrétienne, traduisant ainsi une espèce de "nationalisme" dans le christianisme africain.

  • Dans l'histoire de la musique européenne, Leos Janacek (1854-1928) fait figure de phénomène singulier en raison non seulement de la nature de son oeuvre, mais aussi de son parcours créateur atypique. Il fallut attendre les fameux triomphes de la première représentation de Jenufa (en 1916 à Prague, en 1918 à Vienne) pour que le compositeur, alors âgé de plus de 60 ans, devienne célèbre, ce qui provoqua du même coup un changement radical dans la manière dont ses contemporains le perçurent.

empty