Sternberg Press

  • Okeanos

    Allan Sekula

  • Anglais Conversation

    ,

    À l'automne 2013, Dan Graham et Mieko Meguro se rendent avec Donatien Grau dans les Alpes françaises afin d'y rencontrer Michel Butor, l'un des plus grands innovateurs de la littérature d'après-guerre. Voici la retranscription de leur conversation (postface de Paul McCarthy).
    « Un jour, je suis allé interviewer Dan Graham à propos de la légendaire galerie John Daniels à New York, qu'il a dirigé de 1964 à 1965. Juste après je sois arrivé, Dan a commencé à me parler de Michel Butor et de sa fascination pour l'oeuvre de l'écrivain durant les années 1960. Je lui ai simplement demandé : «Vous-êtes vous déjà rencontrés ?» Dan a répondu : «Non. Certaines personnes voulaient nous présenter, mais cela n'a jamais eu lieu.» J'ai demandé : «Et souhaitez-vous le rencontrer ?» Et il a dit, avec son sourire si particulier : «Bien sûr que je voudrais.» » Donatien Grau

  • Anthologie réunissant les contributions d'une vingtaine de conservateurs et de penseurs de premier plan sur la question de l'activisme au sein des pratiques curatoriales.

  • Recueil d'essais confrontant les points de vue entre auteurs et artistes, technologues, théoriciens et cinéastes sur la fiction et ses différentes manifestations. L'ouvrage explore les façons dont les fictions prolifèrent, s'incarnent et agissent sur le monde.

    See the world through the eyes of a search engine, if only for a millisecond; throw the workings of power into sharper relief by any media necessary; reveal access points to other worlds within our own. In the anthology Fiction as Method, a mixture of new and established names in the fields of contemporary art, media theory, philosophy, and speculative fiction explore the diverse ways fiction manifests, and provide insights into subjects ranging from the hive mind of the art collective 0rphan Drift to the protocols of online self-presentation. With an extended introduction by the editors, the book invites reflection on how fictions proliferate, take on flesh, and are carried by a wide variety of mediums-including, but not limited to, the written word. In each case, fiction is bound up with the production and modulation of desire, the enfolding of matter and meaning, and the blending of practices that cast the existing world in a new light with those that participate in the creation of new openings of the possible.

    «Fiction-it's not just for storytelling anymore. This book takes readers on a whirlwind tour through a range of perspectives from the arts and the humanities in order to reveal fiction's prevalence and functionality in the objects and processes that we are convinced are completely real. More significantly, however, it describes the myriad ways in which the elements that comprise this greater universe of fiction have been discovered, produced, harnessed, and/or used for purposes that stretch from the malevolent to the compassionate. This volume is a thought-provoking and enjoyable read-even at its most disconcerting moments.» -Steve Kurtz, Professor Emeritus, University of Buffalo, cofounder of Critical Art Ensemble «Fictions, by definition, are works that present us with unreal stories and situations. And yet, these fictions-novels, songs, pictures, theories, and so on-are themselves actual things in the world. They are processes, performances, and objects. They portray unrealities, but they themselves are real. The essays in this volume, from a wide variety of points of view, all consider the reality of avowed fictions: their powers and effects, both for good and ill.» -Steven Shaviro, DeRoy Professor of English, Wayne State University

  • Une étude critique de la notion d'anthropocène et de son usage exponentiel dans les champs actuels des arts, des sciences dures et des sciences humaines. À travers un ensemble d'études de cas tiré de la culture visuelle contemporaine, T. J. Demos met en avant la fonction idéologique du terme en faveur d'une vision néolibérale et anthropocentrique du monde.
    « The idea of the Anthropocene needs to be eviscerated, and there is no one better suited to do it than T. J. Demos. In this sharp book Demos demonstrates that the Anthropocene thesis obscures a host of gross inequalities and the powerful interests behind them. Exploring examples (such as Google Earth) that support Anthropocene iconography, as well as a plethora of critical alternatives that decolonize and indigenize the Anthropocene, Demos offers a strong indictment of the violence of contemporary fossil capitalism. This manifesto should be on the bookshelves and in the back pockets of all climate justice activists. » Ashley Dawson, Professor of English, CUNY Graduate Center and College of Staten Island « Against the Anthropocene is much more than simply «against.» In this short, accessible, and fiercely written book, T. J. Demos shows how visual culture is implicated in the Anthropocene's occlusions as well as a resource for conceptualizing-and mobilizing for-emancipatory alternatives. Deftly weaving together environmental accounts, scholarly arguments, and activist mobilizations, Demos makes an impassioned argument for new modes of thinking and representing the global environmental crisis that refuse the old fictions of the «social» and the «natural.» It is a book that shows how visual culture matters in our struggle for a just and livable future. » Jason W. Moore, Associate Professor of Sociology, Binghamton University « T. J. Demos is one of the most important critics of visual culture and its politics today. In this must-read book he makes a compelling argument not only against the discourse of the Anthropocene but also for an activist, critical, and intersectional culture of climate justice. » Carrie Lambert-Beatty, Professor of Visual and Environmental Studies and of History of Art and Architecture, Harvard University « In Against the Anthropocene, T. J. Demos adds to the growing chorus of voices critical of a term that, while intending to sound an alarm about climate change, in fact obscures responsibility for our eco-disaster. Through his unique assessment of the role of the image in the Anthropocene, Demos highlights the work of contemporary artistic-activist projects that contest imagery designed to shape our response to environmental crisis. For those who think that we can't envision our crisis or do anything about it, this wonderful book shows us all the ways in which visuality is being reinvented in support of a new, vibrant politics of collectivity. » Imre Szeman, Canada Research Chair in Cultural Studies and Professor of English and Film Studies, University of Alberta « In this indispensable survey of visual culture's intersection with the ongoing catastrophe of climate change, T. J. Demos makes its political stakes visible in new and exciting ways. » Nicholas Mirzoeff, Professor of Media, Culture, and Communication, New York University « Those who continue to find value in the concept of the Anthropocene would do well to read this book. It will help you to develop a critical aesthetics and to avoid a deliberately cultivated political naiveté. » Brian Holmes, cultural critic, artist-cartographer, cofounder of Deep Time Chicago Les textes sur l'art moderne et contemporain de T. J. Demos, écrivain et critique d'art, paraissent régulièrement dans des revues telles que Grey Room, October, Third Text ou Nka, ainsi que dans Artforum et Texte zur Kunst. Il a publié de nombreux ouvrages sur les relations entre art et politique.

  • Le nouvel essai de Nicolas Bourriaud : une critique de la notion d'identité culturelle, partant d'une réflexion sur la globalisation culturelle et le modèle « multiculturaliste » post-moderne ; un plaidoyer pour une conception dynamique du sujet, dans le cadre des nouveaux modes de production, de consommation et d'usage culturels

  • Ce catalogue accompagne l'exposition éponyme à TBA21, Vienne, en 2012-2013 : une installation complexe mêlant vidéo, photographie et documents d'archive, constituant un portrait subtil et sensuel de la chorégraphe, danseuse, chercheuse et artiste textile israélienne Noa Eshkol (1924-2007). Le livre rassemble neuf essais, des photographies de l'installation, des arrêts sur images, des documents d'archives de la Noa Eshkol Foundation (notes et journaux) et des tapis muraux de Noa Eshkol.

  • Monographie de référence dédiée à l'oeuvre de l'une des figures les plus marquantes de l'histoire de l'art conceptuel de l'Europe de l'Est : rassemblant une documentation visuelle abondante couvrant plusieurs décennies de la production de l'artiste, accompagnée de textes écrits par Geta Bra(tescu, cette publication met en lumière la manière dont s'entrelacent, dans une approche multidisciplinaire utilisant les médias les plus variés - film, happening, tapisserie, gravure, collage, objets et texte - l'héritage du modernisme et les enjeux conceptuels. Plusieurs essais soulignent et explicitent la dialectique complexe qui structure ce travail, de la conceptualisation de l'acte de dessiner au rôle crucial attribué au studio, en passant par les préoccupations liées à la représentation de soi, à la sérialité et à la dimension théâtrale de son oeuvre.
    Née en 1926 à Ploies,ti (Roumanie), Geta Bra(tescu vit et travaille à Bucarest.

  • Cette publication documente les travaux vidéo réalisés par Victor Burgin entre 2010 et 2014, avec un essai de Hanne Loreck, une postface d'Eva Schmidt et des textes de Burgin qui accompagnent chacune des oeuvres présentées.

  • Première traduction anglaise de l'ouvrage d'Hubert Fichte consacré à la diaspora africaine de New York à la fin des années 1970. Contredisant les codes stylistiques de l'étude ethnographique, Fichte propose un texte expérimental et poétique, une réflexion radicale sur les conditions de vie, les luttes et l'héritage culturel des Africains de New York.

    Publié à l'occasion du projet « Hubert Fichte: Love and Ethnology » organisé par le Goethe-Institut et la Maison des cultures du mondes (HKW), Berlin, et soutenu par S. Fischer Stiftung et S. Fischer Verlag.

    Hubert Fichte (1935-1986) était un écrivain et ethnologue allemand dont les travaux, oscillant entre observation subjective et description scientifique, ont profondément influencé les champs des études queer et post-coloniales.

  • Entre le catalogue et le recueil d'essais, cette publication documente un programme curatorial itinérant sur la réception critique de la littérature ethnographique de voyage d'Hubert Fichte. Ce projet offre des pistes de réflexion transversales autour du modernisme colonial, de l'ethnographie, de la poésie et de la sexualité.

    Publié à l'occasion de l'exposition éponyme, Haus der Kulturen der Welt, Berlin, du 18 octobre 2019 au 6 janvier 2020.

  • Les cadres théoriques et pratiques hérités du siècle dernier s'appliquent-ils aux nouvelles pratiques contemporaines ?
    S'inspirant de sa formation théâtrale et de son propre travail curatorial, Jens Hoffmann considère dans cet ouvrage l'actuelle marchandisation de l'industrie artistique et la propagation des images à l'ère numérique. Se livrant en premier lieu à une analyse des espaces de l'art contemporain - la galerie, l'institution, la biennale - Hoffmann élargit ensuite sa réflexion à la discipline curatoriale, nécessairement conditionnée par l'économique, le politique et le social, avant d'appeler à l'émergence de nouvelles pensées et modalités d'action au sein du champ artistique.

  • Since the early 1980s, Friedl has written on a variety of subjects. The book Secret Modernity: Selected Writings and Interviews 1981-2009 compiles for the first time a representative selection of his (partly unpublished) texts, along with a series of interviews. As in his artworks, Friedl's writings quote from and rework multiple genres. He offers reviews and portraits of George Sand and Clarice Lispector, of Alighiero Boetti and Jean-Luc Godard; articles and documents contributing to theater and film history, which examine the work of, among others, Richard Foreman, Robert Wilson, or Glauber Rocha; as well as comments and reflections on his own projects. Alongside these are essays delving deep into the past, exploring mainly colonial history and its paradoxical traces in the present: narratives about Haiti, South Africa, and Italy's repressed colonial rule in Africa.

  • Animism

    Franke Anselm

    Un ensemble de réflexions théoriques et artistiques autour des aspects esthétiques de la pensée animiste, dans l'histoire et dans ses formes contemporaines.Plutôt qu'un simple catalogue qui documenterait l'exposition au long cours initiée à Extra City en 2010, cette publication entend transposer dans le format du livre la problématique de la relation entre esthétique et animisme, dans l'histoire et dans ses formes contemporaines. Structuré autour des aspects esthétiques de pratiques telles que l'animation et la momification, le livre interroge, en conjuguant des approches artistiques et théoriques, le rôle des pratiques artistiques dans la constitution des frontières qui séparent la nature et la culture, les êtres humains et les choses, le sujet et l'objet, l'animé et l'inerte, etc.

  • Livre d'artiste : une série de photographies d'éléments urbains (éclairages au néon, images, signalétique...) réalisées par Olaf Holzapfel au cours d'une résidence à Tokyo. Un travail sur les signes de la ville et les orientations qu'ils déterminent, qui s'inscrit dans une oeuvre centrée sur les technologies modernes et la déshumanisation des systèmes d'échange et d'information.

  • Edité par Samuel Bianchini et Emanuele Quinz, cet ouvrage introduit la notion d'objet à comportement par le biais d'une étude de cas portant sur trois oeuvres emblématiques de Céleste Boursier-Mougenot, from ear to here, offroad et rêvolution.

    Présentés exclusivement dans les lieux d'art contemporain, les travaux de Céleste Boursier-Mougenot (né en 1961 à Nice, vit et travaille à Sète) sont à considérer avant tout comme ceux d'un musicien. Après avoir été compositeur jusque dans les années 1990, il entreprend de donner une forme autonome à sa musique en réalisant des installations. À partir de matériaux, de situations ou d'objets les plus divers dont il extrait un potentiel musical, il élabore des dispositifs qui étendent la notion de partition aux configurations hétérodoxes des matériaux et des médias qu'il emploie pour générer, le plus souvent en direct, des formes sonores qu'il qualifie de vivantes. Déployé en relation avec les données architecturales ou environnementales des lieux d'exposition, chaque dispositif constitue le cadre propice à une expérience d'écoute en livrant, au regard et à la compréhension du visiteur, le processus qui engendre la musique.
    Céleste Boursier-Mougenot considère, en premier lieu, le livre comme de l'espace, un support pour l'expérience du lecteur, dans lequel il est question de faire entrer du temporel, le temps de la lecture.
    Céleste Boursier-Mougenot représente la France à la Biennale de Venise 2015.

empty