Pocket

  • Notre siècle a totalement transformé le statut de l'homme ; celui-ci est désormais un membre d'un ensemble qui le dépasse, et dont il ne peut s'échapper. il vit dans un monde où la technique prend de plus en plus d'importance, et où le politique s'impose sans possibilité d'écart ou de fuite. Ce monde est également celui des pires violences, de la barbarie généralisée. Hannah Arendt commence ici sa réflexion sur l'originalité radicale de notre époque. Elle pose les bases d'une réflexion qui permettra, peut-être, de se donner les moyens d'éviter les dérapages vers la violence aveugle, en comprenant en profondeur la dimension de "l'homme moderne". Un nouvel humanisme ?

  • " la pensée sauvage " et non " la pensée des sauvages ".
    Car ce livre s'écarte de l'ethnologie traditionnelle en prenant pour thème un attribut universel de l'esprit humain : la pensée à l'état sauvage qui est présente dans tout homme - contemporain ou ancien, proche ou lointain - tant qu'elle n'a pas été cultivée et domestiquée à des fins de rendement.
    Lévi-strauss aborde donc les mythes, les rites, les croyances et les autres faits de culture comme autant d'êtres " sauvages " comparables à tous ceux que la nature engendre sous d'innombrables formes, animales, végétales et minérales.
    Publiée au milieu des années cinquante, " la pensée sauvage " est aujourd'hui considérée comme l'un des classiques de l'ethnologie contemporaine dont l'influence fut décisive sur l'ensemble des disciplines qui forment le domaine des sciences sociales.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Le philosophe allemand Victor Klemperer s'attacha dès 1933 à l'étude de la langue et des mots employés par les nazis. En puisant à une multitude de sources (discours radiodiffusés d'Adolf Hitler ou de Joseph Paul Goebbels, faire-part de naissance et de décès, journaux, livres et brochures, conversations, etc.), il a pu examiner la destruction de l'esprit et de la culture allemands par la novlangue nazie. En tenant ainsi son journal, il accomplissait aussi un acte de résistance et de survie.
    En 1947, il tirera de son travail ce livre : LTI, Lingua Tertii Imperii, la langue du IIIe Reich, devenu la référence de toute réflexion sur le langage totalitaire. Sa lecture, à près de soixante-dix ans de distance, montre combien le monde contemporain a du mal à se guérir de cette langue contaminée, et qu'aucune langue n'est à l'abri de nouvelles manipulations.

  • Dans ce livre, claude lévi-strauss expose et met en oeuvre la méthode structurale aux progrès de laquelle son nom est attaché.
    Toutes les grandes questions de l'anthropologie sociale y sont évoquées, comme sont discutés les problèmes de méthode , l'on verra définie et illustrée son ambition d'entreprendre une véritable analyse scientifique des phénomènes humains sans les trahir, c'est-à-dire sans rien laisser perdre de leur richesse concrète et des plus subtiles nuances que traduit leur diversité.

    Ajouter au panier
    En stock
  • La vocation

    Judith Schlanger

    Comment vivre et que faire de ma vie ? À travers ma vocation, ma vie trouve son sens dans une activité à laquelle je m'identifie. Et comme l'activité de mon choix répond à ma nature, elle m'exprime, m'accomplit et me définit.
    La promesse de l'individualisme démocratique est que pour devenir soi-même et se réaliser, chacun doit pouvoir s'épanouir dans ce qu'il fait. Mais si l'artiste et le savant incarnent la figure romantique du travail voué, qu'en est-il des goûts et des aptitudes en général ? Et qu'en est-il des tâches insignifiantes dans lesquelles on ne peut pas s'exprimer, et qui doivent pourtant être remplies ? Que devient aujourd'hui la grande figure idéale de la vocation ?
    Ce livre invite à une réflexion magistrale sur ce sujet qui nous concerne tous.

    Texte intégral.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Le songe de Poliphile

    Francesco Colonna

    Le Songe de Poliphile, publié en 1546, est l'adaptation par Jean Martin de l'Hypnerotomachia Poliphili attribuée à Francesco Colonna et parue à Venise en 1499. Beaucoup de bibliophiles le considèrent comme le plus bel ouvrage de tous les temps du fait de sa mise en page audacieuse, de ses magnifiques bois gravés et de son ingénieuse typographie.
    L'oeuvre met en scène la quête de Poliphile qui cherche sa bien-aimée Polia dans un paysage de ruines, de palais et de temples antiques. Ce texte a inspiré de nombreux auteurs, de Ronsard à Nerval en passant par Lafontaine. Si le parcours allégorique qu'il donne à voir et à lire reste mystérieux à bien des égards, il est riche d'enseignements sur l'amour, l'architecture, l'esthétique mais aussi la façon dont la Renaissance va penser l'idée de créativité.
    L'adaptation française est ici présentée dans la translittération qu'en a proposée Gilles Pollizzi en 1994. Voici l'un des chefs-d'oeuvres typographiques de l'histoire du livre.

    Préface inédite de Benoît Heilbrunn.
    Cet ouvrage reprend les gravures du XVIe siècle.

  • La Guerre de Sécession (1861-1865) aux États-Unis fut une guerre totale. Le sang coula à flots durant les combats entre les unionistes (États du Nord) et les confédérés sécessionnistes (États du Sud) adeptes de l'esclavage. Précepteur dans la famille d'un planteur esclavagiste, le jeune géographe et anarchiste Élisée Reclus avait vécu cinq ans à La Nouvelle-Orléans. Il s'y était forgé une connaissance intime de l'Amérique " terre de l'esclavage ". Parues dans la Revue des Deux Mondes à laquelle il collabora abondamment, les études historiques réunies dans ce volume analysent les forces des belligérants sous un angle politique, social et géostratégique avant l'heure. On y découvre comment un pacifiste se fait le chroniqueur d'un " carnage complètement inutile ", avec l'espoir de voir disparaître " le spectacle de la servitude. " Adjoint aux articles de Reclus, le récit militaire du Prince de Joinville, fils du Roi Louis-Philippe, protagoniste engagé dans les rangs nordistes, complète cette double vision inédite de la mobilisation française des amis de la liberté.
    Édition établie et présentée par Federico Ferretti.

  • Dans ce livre magistral salué comme un classique dès sa parution, Georges Poulet examine ce qui est sans doute la plus mystérieuse des énigmes : le temps. Il en explore les métamorphoses dans une suite d'études magistrales portant sur les grands textes de la littérature. Qu'il s'agisse de l'intemporalité du héros cornélien, du sentiment intime chez Rousseau, de la nostalgie de l'enfance chez Baudelaire ou de l'instant premier chez Proust, ces études résonnent comme autant de lectures philosophiques éblouissantes sur la notion de durée. Ce livre représente également l'une des approches critiques les plus percutantes du XXe siècle qui enrichit notre lecture et notre compréhension d'auteurs aussi divers que Montaigne, René Descartes, Pascal, Denis Diderot, Guiseppe Ungaretti, Walt Whitman, Jean-Paul Sartre...
    Ces études sont autant de réflexions précieuses et passionnantes sur les formes de l'expérience humaine.

  • Qu'y-a-t-il de commun entre un masque du Bénin et un quatuor de Schubert ? Entre la Pietà d'Avignon et un ready made de Marcel Duchamp ? Qu'est-ce qui constitue la dignité esthétique d'un objet ? Si ce n'est une propriété intrinsèque de l'objet, par quelle visée originaire la conscience se dispose-t-elle à la constituer en objet d'art ?
    Analysant les doctrines et les oeuvres, c'est à ces questions que tente de répondre cet essai. Prenant appui sur les témoignages de romanciers, de philosophes et de peintres, Nicolas Grimaldi montre que l'art n'a jamais rien figuré de naturel, et qu'à l'inverse de la vie, le propre de l'art est de nous faire percevoir, en ses objets, de tout autres mondes. C'est justement parce que cette représentation est un jeu que l'expérience de l'art est celle d'une re-naissance.

    INÉDIT.
    @ Disponible chez 12-21.
    L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE.

  • De quoi est faite l'industrie du sexe aujourd'hui ? quel sens donner au formidable essor de ce marché ?
    Du magazine " de charme ", à la revue porno ou la vidéo hard, patrick baudry propose une lecture des produits contemporains de la pornographie et de leur consommation.
    Partant du constat que la pornographie propose une imagerie, des pratiques et des mises en scène radicalement distinctes de la sexualité vécue, il montre que cette différence tient à l'écart qu'il y a entre regarder, voir et visionner, entre sexe et sexualité, entre la ritualité sexuelle et le spectacle pornographique.
    Il était urgent de s'interroger sur cette dimension à la fois dérobée et très visible des sociétés contemporaines : loin de se laisser circonscrire à un outil de satisfaction des pulsions, la pornographie est devenue un monde, profondément révélateur, à l'âge des mass médias, d'un nouveau rapport de l'individu à soi, à l'autre et au monde.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Georges Poulet poursuit dans ce second volume ses investigations critiques sur le temps humain en se focalisant sur l'élément constitutif de la temporalité : l'instant. Il montre combien l'instant est une réalité mouvante, qui se métamorphose au gré des oeuvres maîtresses de la littérature européenne. Instant vide et égaré entre une transcendance divine et les abîmes de l'intériorité chez Racine ; instant sans cesse renaissant et neuf au XVIIIe siècle, il devient le siège léger du bonheur que l'on tente de revivre sans fin chez Stendhal. Le XXe siècle correspond à une remise en cause d'un temps perçu comme écoulement et comme courant continu : il est désormais perçu comme essentiellement discontinu qui est ici analysé chez des auteurs comme Jules Supervielle, Paul Valéry, André Gide ou encore Paul Claudel. George Poulet montre comment ces auteurs tâchent de stabiliser les fluctuations du moment présent dans une durée. Car « ce n'est pas le temps qui nous est donné : c'est l'instant. Avec cet instant donné, c'est à nous de faire le temps ».

    Ce volume comprend les tomes 2 et 4 des Études sur le temps humain.

  • Qu'entendre par élégie, si ce n'est un poème plutôt plaintif, qui évoque la fuite du temps et déplore la disparition d'êtres chers. Cette définition ne rend pas compte de la variété, la souplesse, la profondeur réflexive de ce genre dont les pages les plus nobles méditent sur le sort commun, évaluent nos raisons d'être, et mesurent le prix réel des biens et des attachements terrestres. Cet ouvrage montre que l'élégie peut être d'une richesse morale et philosophique tout opposée aux stéréotypes moqueurs qui n'y voient qu'un discours larmoyant recueillant les larmes de coeurs blessés dans des mouchoirs mouillés.
    Pour cela, l'ouvrage propose successivement une étude thématique et formelle, une histoire et une anthologie, depuis les origines antiques de l'élégie jusqu'à nos jours.

  • Pensées

    Jean Paul

    Ces Pensées nous rappellent à chaque page que Jean Paul fut un grand « philosophe moral », ou plus exactement un « poète moral ». Car si aucun agencement n'est décelable dans ces textes où il est question pêle-mêle des femmes « ô sexe doux et fidèle », de l'amour « si frêle et si délicat », de la poésie qui « n'est pas toujours au commandement de l'écrivain », ou de l'Allemagne « divisée en une multitude de petites parties ennemies entre elles », c'est toujours en philosophe que Jean Paul s'empare des sujets, et c'est en poète qu'il les traite. C'est pourquoi il suffit d'ouvrir à n'importe quelle page ce livre pour s'affranchir du temps, sourire, s'étonner, être saisi par quelque sentence à la saveur antique et comprendre à quel point Jean Paul a éprouvé, dans le domaine de la connaissance, de ces joies intenses qui font que « celui qui trouve en soi la paix et la plénitude des idées ne veut plus chercher d'autres jouissances qu'en lui-même ».


  • ces cours et conférences de françois fédier constituent une introduction qui fera date dans la compréhension de l'art.
    son originalité consiste à présenter l'art en le repensant entièrement depuis son origine dans la grèce antique des poètes et des philosophes. c'est là que s'est élaboré le concept d'art par rapport à ceux de science, de pratique, de liberté et de politique qui doivent eux-mêmes être réexaminés grâce à l'éclairage phénoménologique qu'apporte ici françois fédier. ces textes permettent ainsi à tout lecteur de s'initier à un regard dont la singularité est de nous permettre d'appréhender la présence de l'art dans sa sidérante simplicité.
    c'est à travers un incessant va-et-vient entre penseurs et artistes, d'aristote à proust, de cézanne à kant ou d'heidegger à matisse, que se fait l'apprentissage de ce libre regard qui ne considère pas uniquement l'art à partir de la philosophie mais aussi la pensée philosophique à partir de la pensée poétique.

  • Si le terme de « kitsch » fait partie aujourd'hui de notre langage courant, c'est notamment grâce à cet ouvrage d'Abraham Moles initialement paru en 1971. Le kitsch, originellement assimilé à la camelote, est devenu un concept universel et familier qui correspond à une forme d'anti-art, un style caractérisé par l'absence de style qui signe la réjouissante médiocrité devenue omniprésente dans toutes les sociétés d'abondance, si bien que rien ne lui échappe : ni l'art, ni le religieux, ni la décoration.
    Cet ouvrage passe en revue les significations historiques et culturelles de cette nouvelle forme d'art de masse et met en évidence ses dimensions esthétiques, morales, psychologiques mais aussi ses relations aux besoins, aux gadgets, à la mode, au design et à la société de consommation.
    L'ouvrage est accompagné d'une postface inédite resituant l'itinéraire intellectuel d'Abraham Moles et rappelant l'importance de ses travaux sur les objets et la culture matérielle.

    Postface inédite de Benoît Heilbrunn

empty