Sciences & Techniques

  • Nous sommes dès notre plus tendre enfance invités à penser qu'un fossé sans fond sépare à jamais les « scientifiques » des « littéraires ».
    Cette idée est d'autant plus infondée qu'à ses origines, il y a tout au plus quatre siècles, la science s'est construite grâce à des stratégies rhétoriques et littéraires, l'usage de la fiction en particulier : certains textes savants de l'époque sont à mi-chemin entre le récit d'aventures et la fable utopique. De ce paradis de l'imaginaire scientifique nous sont parvenus d'étranges récits de voyages sur une Lune peuplée de « Lunariens », d'anges et de démons, récits dont le but, très scientifiquement prosaïque, était de voir la Terre tourner, conformément à ce qu'impliquait la théorie de Copernic.
    Mais cette science romanesque fut de courte durée : dès la fin du siècle, les envols poétiques de Kepler, Wilkins et Cyrano étaient entravés par les exigences rationalistes de Fontenelle et de Huygens. Encore fructueuse deux siècles plus tard, pendant l'âge d'or de la vulgarisation des sciences que fut le XIXe siècle, l'ancienne alliance entre science et littérature s'est aujourd'hui dissoute : la littérature ne s'empare que très marginalement des avancées scientifiques et la science, y a-t-il lien de cause à effet ? souffre à l'évidence d'un certain tarissement de ses sources d'inspiration.
    Peut-être ses tenants n'ont-ils pas assez lu Kepler et Cyrano, qui constituent pourtant, quatre siècles après, un véritable bain de jouvence. A mi-chemin entre l'histoire des sciences et l'analyse littéraire, un essai original et très fouillé (notes et références) sur un thème hélas toujours actuel : le fossé entre les « deux cultures ».

  • Découverte scientifique tout autant qu'artistique, la photographie, dès son origine en 1839, est source de promesses. Ceux qui les premiers en perçoivent toutes les potentialités sont les acteurs du monde scientifique. Aux yeux de l'observateur de laboratoire, elle doit permettre d'enregistrer ce que l'homme ne voit pas : de l'infiniment grand à l'infiniment petit.
    Cet ouvrage ne cherche pas à retracer en images une histoire de la photographie scientifique. Il s'agit davantage d'un livre d'images avac une iconographie choisie - souvent inédite - rendant compte de l'étonnante diversité de formes qui aujourd'hui encore suscitent l'émerveillement. Avant tout, l'ouvrage se propose de rendre ces photographies à leur vérité historique en les replaçant, par le biais de notices individuelles, dans le contexte qui les a vues naître et qui fut leur raison d'être initiale.
    Malgré le caractère strictement documentaire de cette iconographie, les aspects formels générés par la photographie scientifique ne furent pas sans répercussion sur les différents courants artistiques de la première moitié du XXe siècle. S'il est possible de déceler les traces de cette influence dès les dernières décennies du XIXe siècle, c'est surtout chez les avant-gardes des années 1910 à 1930 que l'impact de cette iconographie scientifique est le plus manifeste. Nombreuses sont, en effet, les oeuvres de cette période qui empruntent à la photographie scientifique son processus de production, son mode de visibilité, ou son simple aspect.

empty