Esperluete

  • Voyage d'hiver

    Anne Brouillard

    C'est un paysage qui se déplie en accordéon. Devant nos yeux ébahis, il défile. Nous sommes sans doute à la fenêtre d'un train. On quitte une gare et l'on rêve le long de l'eau. On y voit un lac, une maison rose, une île, une forêt, le reflet des arbres... avant d'arriver à destination.
    La peinture d'Anne Brouillard atteint une maturité de langage faite de finesse, de transparence, de poésie et de ce regard sur le monde qui lui appartient.
    D'abord, peint à l'huile sur une longue bande de tissu, ce leporello appartient à la famille des livres que l'on regarde intensément, qui nous font rêver et qui s'imprime au plus profond de nous.

    Anne Brouillard peint et raconte des histoires dans plus d'une vingtaine d'albums qui invitent à la promenade imaginaire. Son premier livre, Les trois chats, paraît en 1990.
    Nos liens aux rêves, à la nature, aux autres parcourent son oeuvre. Son dessin et sa peinture explore les notions de temps et de mouvement. La narration, avec ou sans paroles, est toujours extrêmement soignée. L'album se délie dans un temps et un espace personnel, celui de l'auteur qui rencontre celui du lecteur, avec une vrai sens du lien entre l'intérieur et l'extérieur que ce soit à travers le rapport de la maison au jardin, ou de nos mondes intérieurs et de la vision extérieure.

  • Enquêtes au tampon

    Gianpaolo Pagni

    Traces d'objets collectés le 17 mai 2017 dans une des salles de l'académie Charpentier, école d'arts appliqués française privée située à Paris. Durant l'année 1989, l'actrice Charlotte Gainsbourg a fréquenté cette école. Avec rigueur et méthode, à la façon d'un détective ou d'un scientifique, Gianpaolo Pagni enquête sur des personnages connus ou moins connus dont le dénominateur commun est l'intérêt qu'il leur porte.
    Une fois le suspect déterminé, il se rend sur les lieux visités ou habités par l'objet de sa recherche pour y collecter des traces imaginaires de son passage : boutons, tickets, médicaments, coton-tige, vis en acier bichromaté, verre à whisky, cassette vidéo..., la personnalité se révèle alors. Ensuite, notre enquêteur encre, tamponne et répertorie méthodiquement le fruit de ses découvertes pour en dresser un inventaire étonnant, saugrenu ou touchant... selon le personnage évoqué. Ce jeu de collecte devient alors détournement des objets du quotidien pour transformer le banal en exceptionnel. De Marcel Duchamp à Carla Bruni, de John Wayne à Rabelais, de Lionel Messi à L'Homme invisible... une trentaine de personnalités de tous horizons sont passées à la loupe. Jeu de l'insignifiance face à la renommée. Jeu entre le futile de l'objet et la précision quasi scientifique de l'enquête. Jeu de l'anodin devenu extraordinaire par sa localisation. Le propos de Gianpaolo Pagni donne l'illusion de la simplicité et nous entraîne en fait bien plus loin que nous ne l'imaginons.

empty