Langue française

  • Dans Le film qui m'est resté en mémoire, Victor Burgin s'intéresse aux souvenirs fragmentaires de films qui traversent fugacement nos pensées, se mélangeant par la suite aux souvenirs d'autres films ou d'événements réels. Constituées, pour l'essentiel, de perceptions et de souvenirs, de telles « images-séquences » n'ont pas été étudiées par la théorie du cinéma ou de la photographie. Nous conduisant des écrits de Roland Barthes à La Jetée de Chris Marker, et en s'appuyant sur les apports de la psychanalyse, l'auteur nous invite à réfléchir sur les enjeux et les usages de nos souvenirs fragmentaires de films.

  • Recueil d'essais consacrés à l'oeuvre de l'artiste, écrivain et théoricien anglais.

    Victor Burgin s'est d'abord affirmé comme l'un des initiateurs de l'art conceptuel en participant aux événements fondateurs que furent des expositions comme « When Attitudes Become Form » (1969) et « Information » (1970). Son oeuvre muséale et ses écrits théoriques se concentrent, du point de vue formel, sur les relations de l'image et du texte, proposant de comprendre l'« image » sans la soumettre à sa pure dimension optique ni à sa pure dimension verbale. Du point de vue du contenu, Victor Burgin s'intéresse principalement à l'agencement affectif de l'espace et du lieu et au travail inconscient qui opère dans la formation des croyances et des valeurs. Alors qu'il a commencé par un travail photographique, il a, ces vingt dernières années, exploré le domaine qui sépare l'image fixe de l'image en mouvement. Les auteurs des quatre essais réunis dans ce livre s'appuient sur les récentes images projetées de Burgin comme sur des « objets qui permettent de penser » leur propre travail. Ainsi D. N. Rodowick réfléchit à un « nouveau type d'image-temps » représentant ce qu'il nomme une « crise de la nomination » touchant aux questions du mouvement, de l'image, de la mémoire et de l'histoire. Gülru Çakmak voit dans l'ancien café stambouliote qui forme le centre d'une oeuvre de Burgin le lieu d'une réflexion sur l'orientalisme et la politique culturelle de la modernité. Homay King élabore à partir de l'oeuvre une formulation du virtuel au prisme des pensées d'Henri Bergson et de Gilles Deleuze, tandis qu'Anthony Vidler considère les oeuvres de Burgin comme des modèles permettant d'interpréter « l'inconscient spatial de la modernité ». L'entretien de Victor Burgin avec David Campany, qui conclut l'ouvrage, montre comment l'artiste pense la relation de son travail à la sphère de la culture visuelle en général et à celle des « arts visuels » en particulier.

  • Ouvrage collectif avec des textes inédits de Victor Burgin, et de cinq théoriciennes de l'art et du cinéma, Teresa Castro, Evgenia Gianouri, Lucia Monteiro, Clara Schulmann et Jennifer Verraes.

    Extrait :
    « Je me souviens que nous étions devant un restaurant de Gradisca d'Isonzo, une ville d'Italie du Nord. Il était tard. Au cours du dîner, mes compagnes de table m'avaient parlé d'une ville de la Renaissance, Palmanova, qui se trouvait à l'ouest, à une vingtaine de minutes de voiture. J'ai dit quelque chose comme : "Allons-y tout de suite". Mais il était impossible de se rendre à Palmanova à cette heure de la nuit. Personne n'avait de voiture. Il n'y avait pas de taxis. Je me souviens des lampadaires qui disparaissaient dans l'obscurité aux confins de la ville. Là-bas, quelque part dans la nuit, il y avait Palmanova. J'ai marché d'une tache de lumière à une autre jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de lampadaire. Puis je me suis arrêté pour écouter les grillons. Peu après mon retour de Gradisca, j'ai reçu une carte postale des amies rencontrées lors de cette soirée : elle représentait Palmanova. C'était il y a des années. Je ne suis toujours pas allé à Palmanova. » Victor Burgin, Les villes visibles Coordination éditoriale : Lore Gablier.
    Traduction : Nicolas Vieillescazes.
    Conception graphique : Ho Sook Kang.

empty