STEPHEN

  • Cet ouvrage est une immersion dans les archives photographiques Magnum, à la rencontre des oeuvres exceptionnelles des grands noms de la photographie. Stephen McLaren, lui-même photographe et auteur du livre, revient avec eux sur les clichés souvent inédits, et partage avec nous leur expérience de photographes de rue.

  • Dôme t.1

    Stephen King

    A la fin de l'automne, la petite ville de Chester Mill, dans le Maine, est inexplicablement et brutalement isolée du reste du monde par un champ de force invisible. Personne ne comprend ce qu'est ce dôme transparent, d'où il vient et quand - ou si - il partira. L'armée semble impuissante à ouvrir un passage tandis que les ressources à l'intérieur de Chester Mill se raréfient.
    Big Jim Rennie, un politicien pourri jusqu'à l'os, voit tout de suite le bénéfice qu'il peut tirer de la situation, lui qui a toujours rêvé de mettre la ville sous sa coupe. Un nouvel ordre social régi par la terreur s'installe et la résistance s'organise autour de Dale Barbara, vétéran de l'Irak et chef cuistot fraîchement débarqué en ville.

  • La pauvreté, dans ce qu'elle a d'universel, semble immédiatement compréhensible et pourtant, en tant que problème mondial, ses solutions restent éminemment complexes. Pour illustrer ce que signifie le fait de vivre sous le seuil de pauvreté, Stefen Chow et Huiyi Lin, inspirés par les travaux d'Esther Duflo, ont parcouru deux cent mille kilomètres en dix ans (2010-2020), soit 36 pays et territoires, sur cinq continents.

  • Le Scorpion, la gitane Méjaï et Ansea dépêchée par la famille ennemie des Trebaldi se sont libérés de la grotte de Cappadoce dans laquelle ils croyaient trouver la véritable croix de saint Pierre et le fabuleux trésor des Templiers. Une inscription sur une épée semble indiquer une piste qui conduit, via Damas, à la dernière forteresse tenue par les Templiers... Qui de l'intrépide Scorpion, de l'ensorcelante Méjaï, de l'ambitieuse Ansea et de l'infâme Rochnan confirmera l'imposture du nouveau pape Trebaldi en ramenant à Rome la vraie croix de saint Pierreoe

  • L'infâme cardinal Trebaldi a été élu pape sur la foi d'un prétendu miracle d'une fausse croix de saint Pierre. La découverte de la vraie croix dénoncerait l'imposture. Trebaldi le sait, mais aussi ses ennemis, dont le Scorpion parti en Cappadoce sur une piste de la relique authentique liée au fabuleux trésor des Templiers...

    Dans les archives du sultan d'Istanbul, le Scorpion a découvert un manuscrit selon lequel la croix sur laquelle fut crucifié saint Pierre ne reposerait pas à Rome, mais à Karabas, un bourg de Cappadoce. Elu pape sur la foi d'un prétendu miracle d'une fausse croix de saint Pierre et sûr que le Scorpion le conduira à la relique authentique, Trebaldi a lancé derrière lui son implacable homme de main Rochnan. Celui-ci a pour devoir de s'emparer de la vraie croix et de détruire toute trace de l'imposture sur laquelle Trebaldi a manigancé son élection. Pour le Scorpion, ce qui importe est de prouver les crimes et manoeuvres frauduleuses de celui qui l'a frappé d'infamie. Epié par la vénéneuse gitane Méjaï également de la partie, traqué par Rochnan et ses moines guerriers, attaqué par les bandits qui écument la région, il parvient à poursuivre sa route au péril de sa vie, glanant çà et là des informations.

    Il apprend ainsi que les falaises de Cappadoce sont percées d'autant de sanctuaires que de secrets, mais qu'un vieux chevalier allemand du nom de Von Eschenbach s'y est retiré, qui pourra le guider... A Karabas, fouille déjà l'aventurière Ansea Latal qui se dit mandatée par un rival évincé du nouveau pontife. Méjaï, qui y a débusqué Von Eschenbach, compte sur ce dernier pour devancer tout le monde. Le vieil Allemand est cependant lui-même à la recherche de la fameuse croix: celui qui la trouvera, trouvera la cachette du fabuleux trésor des Templiers !

    C'est au creux d'une vallée presque inaccessible, dans une grotte plantée de croix mystérieuses, que les pistes convergent. Le Scorpion, Méjaï, Rochnan, Von Eschenbach et Ansea qui se sont rejoints vont y être confrontés à des secrets défendus par des pièges mortels...


  • « La marche est aux loisirs ce que labourer et pêcher est aux travaux industrieux : quelque chose de simple et primitif ; cette activité nous met en contact avec la terre maternelle et la nature élémentaire, elle ne requiert aucun dispositif complexe ni excitation superflue. » De la simple déambulation à la plus aventureuse randonnée, la marche, pour Leslie Stephen, pionnier de l'alpinisme et père de Virginia Woolf, est d'abord et avant tout une activité poétique et philosophique ; un lieu de ressourcement où le marcheur fait l'expérience de sa vitalité. Ce texte est suivi d'un souvenir de Virginia sur son père.

  • Ce livre s'adresse aux jeunes gens, mais il est dédié aux femmes mûres - et c'est des rapports entre ceux-ci et celles-là que je me propose de traiter. Je ne suis pas expert en pratique amoureuse, mais j'ai été un bon élève des femmes que j'ai aimées, et je vais essayer d'évoquer ici les expériences heureuses et malheureuses qui ont, je crois, fait de moi un homme. » Récit de l'apprentissage amoureux, Éloge des femmes mûres est un véritable traité de l'érotisme, celui qui se pratique dans la découverte et le respect de l'autre, qui enrichit la connaissance de soi. Avec beaucoup d'humour et d'esprit, Stephen Vizinczey livre ici un classique de la littérature érotique moderne.

  • 1922. Un fermier du Nebraska assassine sa femme avec la complicité de leur fils pour l'empêcher de vendre sa propriété à un éleveur de porcs. Le début d'une véritable descente aux enfers dans un univers de violence et de paranoïa.
    Big driver. Un auteur de polar se fait violer sauvagement au bord d'une route. Rendue à moitié folle par l'agression, elle décide de se venger elle-même de l'homme et de son effrayante complice.
    Fair extension. Un homme atteint d'un cancer, fait un pacte faustien avec un inconnu : en échange d'un peu de vie, il vend un ami d'enfance dont il a toujours été jaloux pour souffrir (ô combien !) à sa place.
    Un mariage parfait. Une femme découvre par hasard qu'elle vit depuis plus de vingt ans aux côtés d'un tueur en série. Que va-t-il se passer maintenant qu'il sait qu'elle sait.

  • La plupart des artistes ont, un jour, représenté le motif de la main, symbole absolu de la création. Nombreux aussi sont ceux pour qui la main en tant que sujet à part entière est un thème récurrent. Cette observation a inspiré Cécile Poimboeuf-Koizumi - éditrice et fondatrice de Chose Commune - à rassembler les oeuvres qui ont attiré son regard, sans suivre d'ordre thématique ou chronologique. La sélection a été réalisée en collaboration avec StephenEllcock, qui s'est fait connaître ces dernières années en rendant la galerie d'art accessible au grand public avec sa fabuleuse collection d'images qu'il partage tous les jours sur Instagram et Facebook. De Pablo Picasso à Helena Almeida, de Louise Bourgeois à Alberto Giacometti, de John Baldessari à Francesca Woodman, en passant par une multitude de trésors de l'Antiquité et documents de l'imagerie populaire, Jeux de mains confronte et mélange artistes célèbres, émergents et anonymes aux pratiques artistiques les plus diverses. Il en résulte une collection de plus de cent images, compilée de manière intuitive dans ce livre qui est désormais entre vos mains.

  • Une nouvelle édition du livre iconique du photographe américain Stephen Shore, des clichés inédits et une nouvelle introduction.

    Les photographies prises par Stephen Shore lors de ses voyages à travers l'Amérique en 1972-1973 sont une référence pour de nombreux photographes : elles capturent l'ordinaire de manière extraordinaire. L'édition originale de Surfaces américaines, publiée par Phaidon en 2005, réunissait 320 photographies présentées dans l'ordre dans lequel elles avaient été prises.
    Aujourd'hui, à l'ère d'Instagram et près de 50 ans après ce périple légendaire à travers les États-Unis, cette édition revue et augmentée confirme la pertinence d'une oeuvre majeure.

  • Stephen Shore

    Stephen Shore

    Depuis ses tous premiers travaux, l'américain Stephen Shore est reconnu comme l'un des photographes les plus talentueux et influents de ces dernières générations d'artistes. À une époque où le noir et blanc est largement prédominant en photographie, il est célèbre pour avoir participé, tout comme son contemporain William Eggleston, à la reconnaissance de la photographie couleur comme un art à part entière et non comme une technique réservée aux images commerciales. Stephen Shore considère l'appareil photographique comme un outil d'analyse, un lieu d'exploration du médium photographique lui-même : plutôt que de mettre en image le beau ou le spectaculaire, Stephen Shore est le première à s'intéresser à l'ordinaire, au banal, à l'invisible. Il s'oppose ainsi à l'esthétisme ambiant dans la photographie américaine de l'époque. Cela explique toute la diversité de son oeuvre, depuis ses paysages époustouflants du Texas ou d'Écosse aux images faussement anonymes de ses repas ou de ses chambres d'hôtel en voyage, imitant l'esthétique de la photographie utilitaire ou amateur.
    L'ouvrage Stephen Shore accompagnant l'exposition éponyme se propose d'analyser, à travers plus de 200 images, son approche conceptuelle de la pratique photographique, dans le contexte historique et culturel particulier qu'était celui des années 1970. Il s'agit de mettre en lumière les rapports complexes entre le monde de l'art et celui de la photographie à cette époque, dont les influences mutuelles ont profondément modifié l'art de la photographie jusqu'à aujourd'hui.
    Cette première monographie en français, éclairée d'un entretien passionnant de Stephen Shore mené par David Campagny, revient sur l'intégralité des séries de Stephen Shore, depuis ses tout premiers travaux jusqu'à sa célèbre série Uncommon Places, en passant par 24hrs, American Surfaces et New York City.

  • À l'occasion de la réédition de ce grand classique de la photographie américaine, Stephen Shore a rajouté une vingtaine d'images inédites. Une conversation du photographe avec l'écrivain Lynne Tillman à propos de son passage à la Factory nous éclaire sur l'influence de Warhol dans son approche de la photographie.

  • Au cours des cinq dernières années, Stephen Shore a scanné plusieurs centaines de négatifs pris entre 1973 et 1981 qui n'avaient pas été sélectionnés dans l'éditing de Uncommon Places. Pour cet ouvrage, Aperture a sélectionné 15 photographes et curateurs parmi lesquels Quentin Bajac, David Campany, Paul Graham, Hans Ulrich Obrist ou encore Taryn Simon et les a invités à choisir 10 images dans ce corpus très peu montré. L'éditeur crée ainsi une monographie alternative où chaque portfolio présente la sélection d'un participant qui justifie et commente ses choix.

  • Stephen Shore a 17 ans lorsqu'il commence à fréquenter la Factory, l'atelier d'artistes créé par Andy Warhol à Manhattan. Entre 1965 et 1967, Shore y passe presque tout son temps, photographiant tous les personnages de la bande (musiciens, acteurs, peintres, écrivains) dont Edie Sedgwick, Nico et Lou Reed, sans oublier Warhol, le maître des lieux. Cet ouvrage présente une sélection personnelle des clichés de Shore, une vision de l'intérieur de ce lieu et de cette époque extraordinaires signée par l'un des photographes les plus emblématiques de ces dernières décennies.

  • An updated edition of Shore's groundbreaking book, now with previously unpublished photographs and a new introduction.

    Stephen Shore's images from his travels across America in 1972-73 are considered the benchmark for documenting the extraordinary in the ordinary and continue to influence photographers today. The original edition of American Surfaces, published by Phaidon in 2005, brought together 320 photographs sequenced in the order in which they were originally documented. Now, in the age of Instagram and nearly 50 years after Shore embarked on his cross-country journey, this revised and expanded edition will bring this seminal work back into focus.

  • Anglais Stephen shore elements

    Stephen Shore

    Dans ce livre, les photographies de Stephen Shore (né en 1947) ont été soigneusement sélectionnées pour représenter la poésie de son approche du monde à travers ses clichés. Les 24 images (16 en couleur et 8 en noir et blanc), tirées de sa dernière série, sont issues de voyages au tour du monde, de la vallée de l'Hudson à New York ou au Yucatan, jusqu'en en Italie, au Texas, en Israël et en Écosse. Comme le suggère le titre du livre, ce qui relie ces photographies sont les résonances élémentaires de la terre, de l'humanité et du temps.

  • En République démocratique du Congo (RDC), une décennie de conflits armés a causé la mort de plus de 4 millions de personnes, le déplacement d'1 million de civils et laissé un pays meurtri. La population continue de souffrir des conséquences de ces troubles : malnutrition, maladies mais aussi violences meurtrières perpétrées par les miliciens qui sont toujours actifs malgré la signature d'accords de paix en 2008 et la constitution d'une armée nationale. À l'Est du pays - en Ituri et au Kivu, régions frontalières du Rwanda et de l'Ouganda où les ressources minières sont convoitées - l'utilisation du viol comme arme de guerre et l'enrôlement des enfants soldats sont courants. Face à ce désastre, les Congolais affluent massivement vers les Églises de réveil où ils sont manipulés par des pasteurs peu scrupuleux. C'est un pays exsangue, oublié de la communauté internationale, que Cédric Gerbehaye montre avec la rigueur et l'engagement des grands photojournalistes, sans pour autant verser dans le sensationnalisme. Le texte de Stephen Smith retrace l'historique du conflit tandis que celui de Christian Caujolle dit la force d'images qui constituent déjà un témoignage essentiel sur l'Afrique des Grands Lacs.

  • Survivants en Ukraine

    Stephen Shore

    • Phaidon
    • 1 October 2015

    Stephen Shore s'est rendu en Ukraine en 2012 et en 2013, juste avant les événements actuels, pour rencontrer 35 survivants de l'Holocauste, des femmes pour la plupart. En photographiant ces gens et leur maison, Shore explore visuellement leur expérience collective à travers des détails de la vie quotidienne et pose cette question : de quelle manière l'histoire de l'Holocauste influe-t-elle sur la façon dont le lecteur-observateur perçoit l'oeuvre ? Les portraits de Stephen Shore montrent la capacité des survivants ukrainiens à faire front et à espérer, malgré les tragédies du passé.
    Bien qu'intimistes, les photographies conservent l'esprit formel et froid du travail de Shore. Les clichés de maisons des survivants alternent avec des photographies des paysages ukrainiens actuels (ruraux et urbains) dans lesquels ces hommes et ces femmes vivent aujourd'hui. L'essai signé Jane Kramer, auteur de la "Letter from Europe" pour le New Yorker depuis 1981, situe les survivants et leur histoire dans le contexte de l'histoire moderne de l'Ukraine, en accordant une importance particulière à la place que les Juifs y occupent.

  • BEST BEFORE END

    ,

    • Nobody
    • 1 August 2014
empty