Roland Chemama

  • À l'origine de ce livre, il y a un sentiment de malaise qui habite l'auteur en tant que psychanalyste  et citoyen d'un pays démocratique. Dans la vie des institutions psychanalytiques, comme dans le fonctionnement de nos sociétés, de vives tensions se sont développées durant les dernières décennies, là même où l'on aurait pu imaginer qu'une discussion plus sereine aurait pu limiter les conflits.

    Par la place qu'elle donne à la parole, la psychanalyse a vocation à valoriser la faculté de dialoguer. Si la cure psychanalytique n'est pas réductible à un échange « horizontal » et doit ménager une dissymétrie nécessaire - mais  non une position de surplomb - entre   l'analyste et l'analysant, l'auteur soutient qu'elle ouvre à un dialogue différent où chaque mot, chaque geste prennent un sens plus fort et révèlent quelque chose du discours de l'inconscient.

    À partir de ce point de départ, Roland Chemama reprend un grand nombre de questions, qui sont celles de la psychanalyse actuelle, du fait de son développement propre, mais aussi des données de l'histoire contemporaine.

  • Les psychanalystes relèvent, depuis surtout deux ou trois décennies, que les mutations des discours sociaux ne sont pas sans effets sur la subjectivité individuelle. Ils ont plus de mal à penser, malgré quelques indications de Lacan, que « l'inconscient c'est la politique ». Ne peut-on pas alors soutenir que la politique constitue le refoulé de la psychanalyse elle-même ?

    Ce livre tente de lever ce refoulement, et d'en tirer quelques conséquences. Partant de réflexions nouvelles sur la question du sujet, il interroge ce qui peut le commander, en relation avec la question politique - et psychanalytique - du pouvoir. Cette démarche s'inscrit dans la perspective ouverte par Freud concernant la psychologie des foules, et elle suppose de prendre en compte les formes dominantes aujourd'hui de la vie politique, à commencer par le succès des divers populismes.

    À partir de là, l'ouvrage entreprend de traiter de façon nouvelle les questions essentielles de la psychanalyse, du signifiant à l'objet, du rêve au fantasme, du désir à la jouissance.

    Est-ce que pour autant ce livre s'inscrit en faux contre la thèse plus que centenaire selon laquelle l'inconscient c'est en nous à la fois l'infantile et le sexuel ? Non, en ce sens que l'enfant est confronté à la question de la loi, de quelque façon que celle-ci soit formulée. Et en ce sens aussi que le désir lui-même s'inscrit dans un jeu complexe de relations qui ont rapport avec le pouvoir, ou encore avec la position hiérarchique de chacun.

  • Ce livre tente de montrer que l'éthique psychanalytique ne se réduit pas à une déontologie nécessaire au praticien, mais qu'elle peut aider chacun à répondre à quelques questions vitales. Une des questions essentielles de la psychanalyse aujourd'hui concerne l'éthique. Il ne s'agit pas, bien sûr, de prétendre proposer des valeurs idéologiques au sujet contemporain dont on connaît le désarroi. L'auteur montre de quelle façon la psychanalyse, qui a démontré les déterminations inconscientes du sujet humain, le met cependant, pour finir, devant ses responsabilités. De la différenciation homme-femme à la critique du point de vue utilitariste, Roland Chemama reprend les questions cliniques ordinairement abordées par les psychanalystes à partir du choix éthique qui demeure celui du sujet. Roland Chemama est psychanalyste à Paris, membre de l'Association lacanienne internationale. Mise en vente le 23 août 2012

  • L'auteur questionne ici l'empire de la jouissance : l'autorité qu'elle a sur le sujet humain, mais aussi l'immense domaine qu'elle régit. La jouissance infiltre en effet toute l'existence, prenant du discours ses mots d'ordre, et prolongeant ses effets jusqu'au plus intime du corps. Elle concerne aussi le social, au sens où ce que l'on vend et que l'on achète, c'est de plus en plus de la jouissance, quelque chose qui relance l'excitation, et pousse le sujet, comme une drogue, à renouveler sa consommation. L'extension du terme de jouissance ne va d'ailleurs pas sans quelques paradoxes. La jouissance, en elle-même, comporte des contradictions fondamentales, dont les effets se font sentir dans l'ensemble de la clinique.

  • Dans le clivage, ce qui est dénié se trouve en même temps reconnu : un tel mécanisme, loin d'expliquer seulement un petit nombre de pathologies très particulières, éclaire en fait un très large pan de la clinique, et notamment de la clinique contemporaine. Renonçant aux descriptions simplistes des avancées freudiennes et à la formalisation lacanienne des concepts qui fait fuir les non-spécialistes, l'auteur a choisi de convoquer comme interlocuteur l'honnête homme pour être poussé à justifier ce qu'il avance. Roland Chemama est psychanalyste (Paris).

  • « Le sujet déprimé ne veut pas donner au passé un sens nouveau en fonction d'un avenir : l'avenir, il se refuse à l'imaginer. Il répète, comme chacun d'ailleurs. Mais lui tient à ce que cette répétition soit un retour du même. Je force ici à peine le trait. Il peut très bien reconnaître assez vite que c'est bien là sa position. A preuve le fait que, lorsque quelque chose de favorable surgit dans son existence, de façon généralement inattendue, il peut entrer dans le plus grand désespoir. Pourquoi en est-il ainsi ? Vous comprendrez que je ne peux vous éclairer d'un seul coup sur ce type de mécanismes. En revanche, ce que je me proposerai de faire, dans une prochaine lettre, c'est de commencer à vous parler de l'évolution historique de notre rapport au temps. Vous verrez qu'elle n'est pas étrangère aux questions de notre clinique. » Sous la forme d'une série de lettres adressées à celui qui fut, dans Clivage et modernité (érès, 2004), son interlocuteur, l'auteur tente de situer quelques éléments structuraux de ce qu'aujourd'hui nous nommons dépression. Ce diagnostic est en effet fréquemment évoqué pour qualifier des difficultés subjectives diverses. Faut-il lui contester toute pertinence ? La dépression présente-t-elle une unité, au moins à un certain niveau ? Plutôt qu'humeur sinistre, la dépression apparaît comme un désinvestissement radical du désir, associé à une paralysie de l'action, qui conjoint l'impuissance et l'utopie. Retrouvant ici ce par quoi Lacan caractérisait « la grande névrose contemporaine », l'auteur, dans une écriture littéraire, à la fois rigoureuse et accessible, rend compte de cette « maladie du siècle ». Roland Chemama est psychanalyste à Paris, membre de l'Association lacanienne internationale. Il a dirigé avec Bernard Vandermersch le Dictionnaire de la psychanalyse (Larousse). Mise en vente le 12 janvier 2006

  • Les interrogations sur le métier de psychanalyste sont nombreuses. Quelle peut ou doit être sa formation ? Quel est son rapport avec la médecine (mais aussi avec la psychologie ou la philosophie) ? Qu'en est-il du contre-transfert ? Du désir de l'analyste ? Peut-on, selon le voeu de Ferenczi, parvenir à une « métapsychologie des processus psychiques de l'analyste » ? Doit-on d'ailleurs viser à cela ? Jusqu'à quel point les formes de son action peuvent-elles varier, en fonction de la singularité des cas, de la mutation des discours sociaux, de l'apparition de nouvelles pathologies ? 

    Plus encore que la psychanalyse d'un point de vue idéal, c'est le psychanalyste au travail, dans sa pratique quotidienne, que questionnent les auteurs. Leur perspective n'est pas métapsychanalytique. Ils n'adoptent pas une position de surplomb qui les ferait théoriser, de l'extérieur, sur leur métier. Au contraire, ils montrent que la pratique analytique elle même ne se soutient que de la position que prend l'analyste par rapport à son acte et d'un désir qui se remet toujours en question.

  • Ce livre aborde, en relation avec le terrorisme et à partir de la psychanalyse, la psychologie collective et individuelle contemporaine, telle qu'elle se révèle notamment dans les cures. Il ne se présente pas comme un ouvrage de géopolitique et ne vise pas à expliquer les causes de la guerre très particulière qui est menée sur notre sol. Ses auteurs, psychanalystes, sont partis de l'effet traumatique de ces événements sur certaines victimes et sur leurs analysants, et cela les a conduit à réinterroger, à partir d'une révision de la notion de traumatisme, les éléments qui peuvent s'y rattacher, à commencer par les formes inquiétantes que prend la pulsion de mort dans notre monde ultra-libéral.

    La réflexion psychanalytique croise, sur ce sujet, celle  des philosophes qui éclairent aujourd'hui la diffusion de guerres très diverses, à commencer par la « guerres des identités » où chacun cherche la reconnaissance de son particularisme sans se soucier d'une hégémonie démocratique qui permettrait d'aller au-delà des différences identitaires. 

    On aura compris qu'il s'agit ici de rendre compte de ce qui apparaît comme un véritable trauma dans la civilisation.

empty