Maison Des Sciences De L'homme

  • La Philosophie de l'argent de Georg Simmel, dont la première édition parut en 1900, suivie d'une édition augmentée en 1907, a donné à la sociologie, au moment même où elle naissait en Allemagne, un tour très particulier. Comme le marxisme, Simmel traite du capital et du travail ; comme Max Weber, il traite des formations sociales et des forces morales qui les portent. Mais il le fait en des termes qui sont profondément marqués par le contexte spirituel de l'époque - en particulier la "philosophie de la vie" - et ont révélé toutes leurs potentialités critiques en ce qui concerne l'interprétation de la " vie moderne". Les cinq textes du recueil portent précisément sur le rapport entre l'argent et "l'économie de la vie". Il ne s'agit nullement de parerga mais, dans l'optique de la sociologie de la culture de Simmel, d'études qui permettent d'appréhender l'ensemble de sa pensée.



  • Le titre Esthétique sociologique - celui de l'essai de 1896 placé en tête de ce recueil - a valeur de programme : la pensée esthétique de Georg Simmel ne se cantonne pas dans le cadre traditionnel de la philosophie de l'art, elle est en même temps une esthétique au sens propre du terme et se révèle étroitement liée à sa sociologie.
    Qu'il traite des sculptures de Rodin ou de la beauté des sommets alpins, de l'art de Rembrandt ou de celui de Léonard de Vinci, de la pensée esthétique de Kant ou de celle de Schopenhauer, les catégories auxquelles recourt Simmel possèdent une portée fondamentalement sociologique : ce sont, par exemple, les antagonismes de l'absolu et du contingent (le relatif), du distant (dans le symbolisme) et du proche (dans le naturalisme), de l'un et du multiple (le collectif).
    Les textes réunis ici furent publiés entre 1895 et 1918 et sont traduits pour la première fois en français, à l'exception de « L'art de Rodin », dont une version légèrement différente avait été traduite à l'intention du sculpteur français du vivant de Simmel.

  • Le voyage et les danses exotiques, les revues de girls et les parades gymniques, la mode et les compétitions sportives, la photographie de presse et le culte des stars, les best-sellers et le cinéma - autant de phénomènes qui apparentent les feuilletons de Siegfried Kracauer à des mythographies de la modernité.

    Dans ces essais écrits sous la République de Weimar pour le Frankfurter Zeitung se croisent le regard du flâneur envoûté par l'activité de la rue et celui du critique de cinéma évaluant les images captées par ce nouveau médium.

    Pour le passeur entre sciences sociales, littérature et film que fut Kracauer, décrire les rituels esthétiques de la grande ville, déchiffrer la culture de masse naissante, c'est mettre en oeuvre sous forme de « miniatures » des analyses du mythe contemporain.

  • La Dialektik der Aufklärung (Dialectique de la Raison), ébauchée par Theodor W. Adorno et Max Horkheimer, les deux fondateurs de l'Ecole de Francfort, pendant leur exil américain a été publiée sous forme fragmentaire en 1944, puis rééditée avec des variantes importantes en 1947. Depuis sa redécouverte dans les années 1960, elle est devenue un texte aussi mythique que controversé. C'est pourquoi les protocoles des discussions entre les deux auteurs, publiés pour la première fois en 1985 par Gunzelin Schmid Noerr dans le tome 12 des oeuvres de Max Horkheimer (Gesammelte Schriften : Nachgelassene Schriften 1931-1949), constituent des documents de première importance pour les historiens de la Théorie critique et pour les philosophes en général. Pour un public plus large il s'agit d'un aperçu unique sur le mode de gestation d'un texte philosophique en même temps qu'un témoignage de la façon dont les deux auteurs affrontent la pression du contexte historique.

empty