Ma mère rit

À propos

« L'enfant était né vieil enfant et du coup, l'enfant n'était jamais devenu adulte. Il évoluait dans le monde des adultes comme un vieil enfant, et y arrivait mal. Le vieil enfant se disait que si sa mère disparaissait, il n'aurait plus nulle part où revenir.
L'enfant à l'adolescence avait fait les quatre cents coups, puis à l'âge adulte n'importe quoi mais savait qu'il pouvait toujours revenir.
L'enfant, c'est elle, c'est moi. Et maintenant je suis vieille, je vais avoir soixante ans. Et même plus. Et j'en suis toujours là. Je n'ai pas d'enfant. Un vieil enfant ne fait pas d'enfant. Qu'est-ce qui va me retenir à la vie après. »

Dans cet autoportrait écrit à vif, dans la brûlure, l'intensité et l'âpreté du quotidien, Chantal Akerman nous confie la matière même de toute son oeuvre. Les mots sont autant d'images accolées entre elles, scotchées, coupées ; c'est l'écriture comme un montage en cours, le cinéma n'est jamais loin. C'est le même langage que la vie. L'autrice dévoile avec pudeur et douleur la relation avec sa mère, avec sa compagne, avec sa propre folie, qui la guette. Ma mère rit est une magnifique plongée dans les joies, les blessures ; dans le coeur de la réalisatrice.



  • EAN

    9782072957536

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    224 Pages

  • Copy

    No

  • Print

    No

  • Poids

    6 338 Ko

  • Distributeur

    Gallimard

  • Diffuseur

    Gallimard

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Chantal Akerman

Née en Belgique en 1950 dans une famille juive polonaise, Chantal Akerman a exploré dans ses films les
relations mère/fille, l'héritage de la Shoah, le quotidien, le temps qui passe. Influencée par Jean-Luc Godard
mais aussi par Michael Snow et Jonas Mekas, elle situe sa caméra entre fiction et documentaire. À 25 ans,
elle réalise Jeanne Dielman, 23 quai du commerce, 1080 Bruxelles (avec Delphine Seyrig), très remarqué
par la critique. Alternant documentaires (tels que Un jour Pina a demandé (1983), Le Marteau (1986), D'est
(1993), De l'autre côté (2003), Là-bas (2006), et films de fiction (Je tu il elle (1975), Les rendez-vous d'Anna
(1978), J'ai faim, j'ai froid (1984), Golden Eighties (1986), La Captive (2000), Demain on Déménage (2004)),
la cinéaste belge mène une carrière entre la France et les États-Unis. Chantal Akerman réalise aussi des
vidéos pour des plasticiens et des chorégraphes, notamment Jan Fabre ou Pina Bausch. Plusieurs de ses
installations ont déjà été présentées dans des galeries d'art contemporain du monde entier. En 2004, une
rétrospective intégrale de son oeuvre lui est consacrée au Centre Georges Pompidou à Paris. Elle meurt en
2015 à Paris, à la suite de la mort de sa mère.

empty